Rechercher
Rechercher

Société - Grand angle

La « disparition silencieuse » des juifs libanais

Raviver le souvenir d’une communauté méconnue aujourd’hui disparue, c’est aussi caresser du bout des doigts un Liban qui n’existe plus. Non pas par nostalgie, ni par culte d’un passé fantasmé. Mais pour comprendre ce que le monde d’hier a à dire du Liban d’aujourd’hui. Voici le premier article de notre série « Histoires juives libanaises ».

La « disparition silencieuse » des juifs libanais

Mariage de Marie Bari. Photo de famille dans la rue Wadi Abou Jmil, Beyrouth, le 2 juin 1957. João Luis Koifman via l’Institut du monde arabe

« Je voulais vous dire bravo, vous avez été extraordinaires. » Albert Dichy a 15 ans lorsque le surveillant de l’établissement privé libanais dans lequel il est scolarisé l’aborde dans la cour de récréation pour le féliciter, à sa grande surprise,...

« Je voulais vous dire bravo, vous avez été extraordinaires. » Albert Dichy a 15 ans lorsque le surveillant de l’établissement privé libanais dans lequel il est scolarisé l’aborde dans la cour de récréation pour le féliciter, à sa grande surprise,...The 'silent disappearance' of Lebanese Jews...

commentaires (18)

Une belle et tragique histoire que celle des juifs du Liban, ces fils du pays, arabe et libanais comme les autres, victimes in fine de la création d'un état sectaire et sanguinaire au sud... Il y a peu de malheurs qui se sont abattus sur les juifs comme celui de la création de cette d'entité sioniste commettant des crimes en leur nom et leur corps défendant ! Mais trop de libanais sont tombés dans le piège antisémite qui leur a été tendu et ont cédé aux sirènes de la division sectaire, comme ce bel article le montre.

Jean abou Fayez

13 h 06, le 16 juin 2022

Tous les commentaires

Commentaires (18)

  • Une belle et tragique histoire que celle des juifs du Liban, ces fils du pays, arabe et libanais comme les autres, victimes in fine de la création d'un état sectaire et sanguinaire au sud... Il y a peu de malheurs qui se sont abattus sur les juifs comme celui de la création de cette d'entité sioniste commettant des crimes en leur nom et leur corps défendant ! Mais trop de libanais sont tombés dans le piège antisémite qui leur a été tendu et ont cédé aux sirènes de la division sectaire, comme ce bel article le montre.

    Jean abou Fayez

    13 h 06, le 16 juin 2022

  • Tiens, tiens, Marie Claude... Vous ici!

    Poulet Farsi

    00 h 59, le 16 juin 2022

  • L'OLJ, bravo pour les articles mais pourquoi ne pas modérer les commentaires anti-semite de certain lecteurs?

    Roger Xavier

    18 h 50, le 15 juin 2022

  • Le problème avec ces gens, c’est qu’ils ont vécu des siècles dans les pays arabes, hyper intégrés et riches (par rapport aux indigènes). Et ils ont eu le temps de transférer leur capital.Et quand il faut se mettre au service du Mossad, ils oublient ce que ces pays leur ont donné. Moi-même en France, jamais je ne trahirai ce pays, dont je parle parfaitement la langue, et connais tous les recoins. Ce serait trop facile, trop indigne et trop horrible.

    MEROUE Saladun

    14 h 55, le 14 juin 2022

  • Début 1975,le juifs de wadi Abou Jimil ont quitté tous,en silence,les rues et leur maisons se vident,ils n ont rien perdu....les voisins libanais,comme la famille de ma mère ,n ont rien compris... mais les juifs "ont reçu" l'ordre de quitter car le génocide et le film de la guerre de 1975 sur les libanais,srtt les chrétiens,allait commencer. Il fallait protéger les juifs et tuer les libanais. Demandez a Kissinger.

    Marie Claude

    20 h 51, le 13 juin 2022

  • Le départ de cette communauté aura été une grande perte. Ma mère, qui a grandi à Wadi Abou Jamil dans les années 40, n'a jamais cessé de me le dire. Dans leurs valises, ils ont emporté une partie de notre identité.

    I A

    20 h 47, le 13 juin 2022

  • Très intéressant votre article dont j’ai vécu une partie. Dans le temps on savait pas qui était juif, chrétien, ou musulman ???

    Eleni Caridopoulou

    20 h 27, le 13 juin 2022

  • Incroyable comment cette excellente rétrospective historique m’a ramené à cet épisode de ma prime jeunesse et qui m’avait marqué pour toujours: j’étais étudiant en médecine et mon meilleur ami était juif de la famille Srour…en 1973, un an avant le déclenchement de la guerre civile, à notre dernière année de faculté, il m’annonçat un jour, d’un air inquiet et triste que quelque chose de très grave allait arriver au Liban prochainement…depuis quelques semaines, mon père et la majorité des représentants juifs locaux et même de l’extérieur avaient des réunions houleuses qui duraient jusqu’à 3h du matin, qu’il me rapportait, et que son père avait réuni la famille pour leur annoncer leur départ définitif et urgent du Liban car, selon lui, le pays serait à la veille d’une guerre civile dévastatrice et que les juifs seraient les premières victimes du conflit! Rencontré plus tard en Amérique du Nord: il m’avait assuré que le scénario de tout ce qui s’était passé au Liban avait été prédit et programmé de longue date car la structure communautaire artificielle du pays ne pouvait mener qu’à cette catastrophe alors que les libanais étaient les derniers à le réaliser…Et dire que même aujourd’hui, on n’a pas encore appris les leçons du passé et qu’on paye encore lourdement cette inconscience collective!

    Saliba Nouhad

    20 h 26, le 13 juin 2022

  • bon article; il ravive notre conscience . et tant pis pour ceux et celles à qui il ne plaît pas !

    Citoyen Lambda

    17 h 17, le 13 juin 2022

  • Je suis heureuse que la question de la communauté juive libanaise soit enfin abordée et j’attends avec impatience la suite, notamment l’entretien avec Albert Dichy, un intellectuel remarquable. J’espère que cette série va également inclure un entretien avec notre plus grand critique d’art… ce qui est interessant dans cet article c’est qu’il met également le doigt sur la pensée communautaire. Il est regrettable que le Liban soit pourri jusqu’à la moëlle et enfoncé jusqu’au sommet dans la boue des « communautés ». On est libanais, ou on ne l’est pas, quelle que soit la croyance, monothéiste ou polythéiste, ou croyance dans les pots de plantes !!!!! Enfin, ne jamais mélanger judaïsme (n’oublions pas que l’islam s’en est amplement nourri) et politique sioniste, même si celle-ci prétend œuvrer en faveur des juifs. Et n’oublions pas qu’à la tête des plus ardents critiques de la politique israélienne et des défenseurs des droits des palestiniens se trouvent des juifs comme Noam Chomsky, Gideon Lévy, Simone Bitton et beaucoup d’autres … Enfin, il est toujours triste de voir le Liban perdre des intellectuels, des artistes, des maîtres artisans partis vivre dans un autre pays à cause de la connerie humaine.

    Esber Arwad

    14 h 19, le 13 juin 2022

  • Lever le voile sur cette partie de L'histoire du Liban est une formidable initiative. Bravo à Stephanie Khouri. Il est important que les jeunes libanais sachent à quoi ressemblait leur pays, il n'y a pas si longtemps. Et qu'à cette époque, cohabiter avec des juifs n'avait rien d'utopique .

    ASSAF Milka

    14 h 07, le 13 juin 2022

  • Quel est le but de votre article en ces moments que traverse le Liban, en ces moments que traverse le Moyen Orient, en ces moments où les droits des palestiniens sont bafoués? je me le demande!

    Carole Chelhot

    13 h 55, le 13 juin 2022

  • LES JUIFS ONT DISPARUS. LES CHRETIENS S,ILS CONTINUENT SUR LE MEME DIAPASON DE LA DESUNION SONT SUR LA MEME ROUTE. UNE AFFAIRE DE QUELQUES DECENNIES. QU,APPELERAIT-ON CE QUI EN RESTERAIT ? SATRAPIE ARABO-PERSIQUE OU SATRAPIE PERSIQUE TOUT COURT ? SEULE LE NETTOYAGE CATEGORIQUE DES VENDUS PAR QUI QUE CE SOIT POURRAIT SAUVER CE QUI S,APPELLE ENCORE LIBAN.

    LA LIBRE EXPRESSION.

    13 h 54, le 13 juin 2022

  • En lisant cet article, je n'ai pas pu éviter une certaine tristesse au souvenir de mon professeur de mathématiques, le regretté Dr.Moïse Tarrab, lâchement assassiné durant la guerre civile... C'était l'un des plus grands professeurs de mathématiques supérieures au Liban, sinon le plus grand. Toute sa vie était consacrée à l'enseignement et à la recherche, et il se fichait pas mal de tout ce qui avait trait à la politique.

    Georges MELKI

    11 h 40, le 13 juin 2022

  • Très instructif cet article. Ils voulaient faire la même chose avec la communauté chrétienne mais se sont heurtés à un resistance qu’il ne soupçonnaient pas. Tous ces vendus qui s’étaient alliés avec les palestiniens et tous les autres mercenaires venus en renfort pour vider le pays des soit disant mécréants sont toujours à leurs postes et leur font toujours la guerre d’une façon hypocrite pour les faire fuir, appuyer par des crétins affamés sans foi ni loi, alors les chrétiens sont les bâtisseurs de notre nation et eux des réfugiés de longue date qui ont fuit la persécution pour trouver refuge dans notre pays bêtement généreux et naïvement accueillant. Ils se croient propriétaires de notre Liban et de sa population ancestrale et veulent changer son visage en le défigurant pour le remplacer par des racailles venues de pays qui n’ont pas voulu d’eux mais les arment volontiers pour étendre leur pouvoir et leur territoire pour se servir d’eux de chair à canon dans leurs guerres régionales. Voilà tout. Ils se sont appelés résistants et certains les croient sur paroles malgré leurs crimes publiquement commis et le sabotage incessant qu’ils exercent pour nous anéantir et régner en maître au profit de pays qui ne nous veulent aucun bien.

    Sissi zayyat

    11 h 10, le 13 juin 2022

  • Très bien documenté et très intéressant !Il me tarde d aller visiter la tombe de mon grand père et le quartier où mes grands parents ont vécu!

    Carla Maroun Collet

    10 h 08, le 13 juin 2022

  • Kamel el Assad, celui qui a cree le hezbolla a cause de sa mauvaise gestion du pays

    Elementaire

    08 h 04, le 13 juin 2022

  • Article très intéressant!

    Michele Aoun

    01 h 54, le 13 juin 2022

Retour en haut