Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Tunisie

Le recours au FMI "indispensable", selon la Banque centrale

Le recours à un prêt du Fonds monétaire international (FMI) devient "indispensable" en Tunisie pour faire face à un gonflement du déficit budgétaire et de l'endettement sous l'effet de la guerre en Ukraine, a estimé vendredi le gouverneur de la Banque centrale (BCT).

Le déficit budgétaire, prévu jusqu'à présent à 6,7% pour 2022, devrait être "de l'ordre de 9,7% du PIB", soit trois points supplémentaires, a déclaré Marouane Abassi, gouverneur de la BCT, lors d'un forum sur la fiscalité à Sfax (centre-est). Il a expliqué ce creusement du déficit par "la crise russo-ukrainienne" qui a renchéri le coût des importations énergétiques (en particulier hydrocarbures) et alimentaires (céréales), dont la Tunisie est fortement dépendante.

Pour éviter que ces hausses ne soient répercutées sur les plus fragiles dans un pays où le salaire minimum est très faible (125 euros), l'Etat subventionne ces produits en puisant sur son budget. Mais le pays est déjà surendetté (avec près de 100% de taux d'endettement) et ne parvient plus à se faire prêter de l'argent sur les marchés étrangers.

Une nouvelle aide du FMI est "indispensable" et même "un impératif pour la Tunisie", a souligné M. Abassi, parce qu'elle "permet un financement à des coûts raisonnables" et a "un effet de levier" pour obtenir des prêts "d'autres bailleurs de fonds et du marché financier international".

Après une année 2020 marquée par une chute "sans précédent" du PIB (-8,7%) avec le choc de la pandémie de Covid-19, la reprise a été "modeste" en 2021 avec une croissance de 3,1%, et s'annonce "assez lente" pour 2022 à 2,6%, a souligné M. Abassi, notant que l'Institut des statistiques prévoit seulement 2,4%.

La guerre en Ukraine a fortement affecté la zone euro dont dépend aussi l'activité économique en Tunisie: selon la BCT, une baisse du PIB de 1% en zone euro cette année pourrait se traduire par une baisse d'environ 0,4% en Tunisie.

La Tunisie, secouée aussi par une profonde crise politique après le coup de force du président Saied le 25 juillet dernier, demande depuis deux ans une aide d'environ quatre milliards de dollars, la troisième en 10 ans.

Le FMI a réclamé en contrepartie des réformes "profondes" notamment un gel de l'énorme masse salariale de la fonction publique, une réforme des subventions étatiques et une restructuration des entreprises publiques. 


Le recours à un prêt du Fonds monétaire international (FMI) devient "indispensable" en Tunisie pour faire face à un gonflement du déficit budgétaire et de l'endettement sous l'effet de la guerre en Ukraine, a estimé vendredi le gouverneur de la Banque centrale (BCT).
Le déficit budgétaire, prévu jusqu'à présent à 6,7% pour 2022, devrait être "de l'ordre de 9,7% du PIB", soit trois...