Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Législatives 2022

Le ministère des AE répond à des critiques sur la répartition des électeurs libanais en Australie

Le ministère des AE répond à des critiques sur la répartition des électeurs libanais en Australie

Image d'illustration Bigstock

Le ministère libanais des Affaires étrangères a répondu, lundi, à des critiques adressées ces derniers jours dans la presse à l'encontre du consul général du Liban à Sydney, Charbel Macaron, qui a été accusé d'avoir modifié les listes électorales sur lesquelles sont inscrits les Libanais d'Australie afin d'empêcher certains d'entre eux de voter aux élections législatives de mai prochain. Une polémique qui a enflé sur les réseaux sociaux et à laquelle les internautes ont fait référence sous le hashtag (mot-dièse) "Scandale Charbel Macaron".

Ainsi, plusieurs citoyens Libanais ont dénoncé le fait qu'au sein d'une même famille, des personnes soient inscrites dans des centres de vote extrêmement éloignés les uns des autres, ce qui pourrait rendre leur accès aux bureaux de vote difficile, voire impossible. Ils imputent cette répartition à M. Macaron, considéré comme proche du président Michel Aoun et du parti qu'il a fondé, le Courant patriotique libre (CPL).

"Le ministère tient à clarifier la confusion qui règne sur la répartition des électeurs par Charbel Macaron dans les différents centres de vote", a affirmé lundi le ministère des AE sur son compte Twitter, assurant que "le consulat général de Sydney a exécuté les directives du ministère concernant le vote des Libanais de l'étranger". Ce vote doit se tenir les 6 et 8 mai prochains, le vote des Libanais résidant au Liban étant prévu le 15 mai. "Les électeurs ont été répartis géographiquement selon les codes postaux australiens, tels qu'ils apparaissent sur les formulaires d'inscription", défend le palais Bustros, qui précise que des partis politiques libanais établis en Australie ont aidé les électeurs à remplir leurs formulaires. "Si l'adresse de résidence et le code postal de l'électeur indiqués dans le formulaire diffèrent de son lieu de résidence réel, cela ne relève pas de la responsabilité du consulat", détaille-t-il.

Ainsi, le ministère des Affaires étrangères explique que le consulat général de Sydney a réparti les quelque 17.000 électeurs australiens dans neuf centres de vote, en se basant sur les formulaires d'inscription au scrutin. "Si des membres d'une même famille se sont inscrits avec des adresses et des codes postaux différents, il est normal qu'ils votent dans des centres différents", selon le palais Bustros.

Dans un communiqué publié en fin d'après-midi, le ministère des Affaires étrangères a par ailleurs indiqué que le ministère de l'Intérieur rendra prochainement public un lien qui permettrait à tout électeur libanais à l'étranger de connaître son code et le centre de vote auquel il doit se rendre pour voter. 

À l'approche de l'échéance électorale, plusieurs observateurs continuent de redouter le report des élections législatives ou encore leur obstruction. Dimanche soir, le chef du Parti socialiste progressiste Walid Joumblatt a, par exemple, accusé Gebran Bassil, chef du CPL, de compromettre le vote des Libanais de l'étranger, entre autres critiques.


Le ministère libanais des Affaires étrangères a répondu, lundi, à des critiques adressées ces derniers jours dans la presse à l'encontre du consul général du Liban à Sydney, Charbel Macaron, qui a été accusé d'avoir modifié les listes électorales sur lesquelles sont inscrits les Libanais d'Australie afin d'empêcher certains d'entre eux de voter aux élections législatives de mai...