Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Le chef de la diplomatie iranienne est arrivé à Beyrouth

Le chef de la diplomatie iranienne est arrivé à Beyrouth

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian. Photo d'archives AFP

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, est arrivé jeudi à Beyrouth, en provenance de Damas, pour une visite officielle dans le cadre de laquelle il doit s'entretenir avec le président de la République, le Premier ministre, le président du Parlement, Nabih Berry, son homologue libanais, Abdallah Bou Habib, et vraisemblablement avec le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, allié libanais de Téhéran.

Selon l'Agence nationale d'information, M. Abdollahian reste à Beyrouth jusqu'à vendredi. Il aura également des réunions avec des personnalités politiques et partisanes, ajoute l'Ani.

Selon des propos rapportés par le site d'information el-Nashra, le ministre iranien a rappelé à son arrivée à l'aéroport de Beyrouth que Téhéran "est officiellement prêt à coopérer avec le Liban dans tous les domaines, notamment économique et commercial". "Il y a un mois environ, lors d'un entretien avec le Premier ministre libanais, Nagib Mikati, en marge de la conférence sur la sécurité de Munich, je lui ai indiqué que l'Iran est prêt à contribuer à la construction de deux centrales pour la production de courant électrique pour une capacité de 1000 MW chacune, et que nous étions prêts à coopérer dans d'autres domaines", a ajouté le ministre, cité par des médias locaux.

Il s'agit de sa deuxième visite au Liban en l'espace de cinq mois. M. Abdollahian arrive à la tête d’une délégation, au lendemain du premier signe d’ouverture saoudienne à l’égard du pays du Cèdre, après un gel des relations pendant plusieurs mois. Mais dans les milieux du Premier ministre ainsi que du Hezbollah, on affirme que la concomitance entre le "retour" saoudien et le déplacement de M. Abdollahian est une pure coïncidence, ces déplacements officiels étant programmés à l’avance. Une lecture que ne partage pas Karim Bitar, directeur de l’Institut des sciences politiques à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth. Interrogé par L’Orient-Le Jour, il estime que la visite de M. Abdollahian à Beyrouth est porteuse d’un message à Nagib Mikati : "C’est une façon de rappeler au Premier ministre la nécessité de garder ses distances par rapport à Riyad qui commence à préparer son retour au Liban".

La tournée du chef de la diplomatie iranienne au Liban et en Syrie, deux pays où Téhéran exerce une influence grâce à ses alliés locaux, intervient dans un contexte régional et international marqué notamment par la poursuite des pourparlers de Vienne qui pourraient déboucher prochainement sur un accord entre Téhéran et les puissances mondiales autour du dossier nucléaire. 


Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, est arrivé jeudi à Beyrouth, en provenance de Damas, pour une visite officielle dans le cadre de laquelle il doit s'entretenir avec le président de la République, le Premier ministre, le président du Parlement, Nabih Berry, son homologue libanais, Abdallah Bou Habib, et vraisemblablement avec le chef du Hezbollah,...