Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Conflit

Amnesty exhorte l'Iran à libérer une militante LGBT

Amnesty exhorte l'Iran à libérer une militante LGBT

Un drapeau iranien devant la centrale nucléaire de Bouchehr au sud de Téhéran. Photo d'archives AFP

 Amnesty International a appelé mardi l'Iran a libérer une militante LGBT détenue depuis trois mois et accusée de "propagation de la corruption" et de promotion de l'homosexualité.

Zahra Sedighi-Hamadan a été arrêtée le 27 octobre par des gardes révolutionnaires iraniens alors qu'elle tentait de fuir en Turquie, selon Amnesty. Après 53 jours de "disparition forcée", maintenue à l'isolement à Orumiyeh (nord-ouest de l'Iran) elle a été inculpée en janvier de "propagation de la corruption sur terre" et de "promotion de l'homosexualité".

Selon Amnesty, ces inculpations font suite à sa défense des droits des personnes LGBT+ sur les réseaux sociaux et dans un documentaire de la BBC diffusé en mai 2021 et consacré aux persécutions contre les LGBT au Kurdistan irakien. "Les autorités iraniennes doivent immédiatement libérer Zahra Sedighi-Hamadani, injustement détenue depuis octobre 2021 en raison de sa réelle ou supposée orientation sexuelle et identité de genre, et sa défense publique des droits des personnes LGBT", selon le communiqué d'Amnesty.

Les militants iraniens opposés au régime dénoncent régulièrement le traitement des personnes LGBT en Iran, où l'homosexualité est interdite et criminalisée. Le groupe iranien de défense des homosexuels 6Rang (6 Couleurs) avait déjà attiré l'attention en décembre sur le cas de Mme Sedighi-Hamadani, également connue sous le nom de Sareh. "Nous, la communauté LGBT, souffrons. Mais que ce soit par la mort ou la liberté, nous resterons sincères envers nous-mêmes", affirmait-elle dans une vidéo envoyée à 6Rang peu avant sa disparition.

Avant d'être arrêtée en Iran, Mme Sedighi-Hamadani avait déjà été détenue au Kurdistan irakien, où elle affirmait avoir été torturée.


 Amnesty International a appelé mardi l'Iran a libérer une militante LGBT détenue depuis trois mois et accusée de "propagation de la corruption" et de promotion de l'homosexualité.
Zahra Sedighi-Hamadan a été arrêtée le 27 octobre par des gardes révolutionnaires iraniens alors qu'elle tentait de fuir en Turquie, selon Amnesty. Après 53 jours de "disparition forcée", maintenue...