Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Funérailles à Saïda de trois combattants du Hamas tués à Bourj el-Chemali

Funérailles à Saïda de trois combattants du Hamas tués à Bourj el-Chemali

Le cortège funèbre d'une des trois victimes du mouvement Hamas dont les funérailles ont eu lieu le mardi 14 décembre 2021 à Saïda (Liban-Sud). Photo fournie par notre correspondant, Mountasser Abdallah.

Le mouvement islamiste palestinien Hamas a organisé, mardi, à Saïda (Liban-sud) les funérailles de trois de ses militants, tués dimanche lors des obsèques d’un autre de ses membres qui avait succombé vendredi à une explosion dans le camp de réfugiés de Bourj el-Chemali, près de Tyr, dans des circonstances toujours floues.

Selon notre correspondant au Liban-sud, Mountasser Abdallah, des centaines de partisans du Hamas ont pris part à la procession des trois militants tués, Mohammad Walid Taha, Hussein Mohammad al-Ahmad et Omar Mohammad Sahli. Une source du Hamas, citée par notre correspondant, précise que les obsèques de mardi ont eu lieu dans la ville de Saïda, et non dans les camps palestiniens de Aïn el-Héloué ou de Miyé w Miyé, pour éviter des tensions ou des dérapages sécuritaires, autrement dit pour éviter une réédition du scénario de dimanche dernier. Ce jour-là, des tirs avaient visé les participants aux funérailles d’un membre du Hamas tué dans l'explosion de vendredi.

S'exprimant mardi, Ayman Channaa, responsable des relations politiques au Hamas, a rejeté la responsabilité sur les forces de sécurité palestiniennes, contrôlées par le Fateh, principal rival palestinien du Hamas. "Nous considérons que ce crime, perpétré par les Forces de sécurité palestiniennes, était prémédité", a-t-il tonné devant la foule. "Ce crime vise à ébranler la stabilité des camps palestiniens et ne passera pas inaperçu", a encore dit le responsable, plaidant pour la "dissolution" de ces forces de sécurité.

Dans un communiqué publié dimanche, l’armée libanaise a indiqué que les forces de sécurité palestiniennes dans le camp palestinien d’al-Bass lui avaient remis un Palestinien auteur présumé des tirs à Bourj el-Chemali, et qu'une enquête a été ouverte. Le Hamas avait déjà accusé les forces de sécurité relevant de l’Autorité palestinienne, contrôlées par le Fateh, d’avoir "ouvert le feu de façon préméditée" sur le cortège funèbre.

Le Hamas avait appelé à "livrer les assassins aux autorités libanaises et à les traduire en justice", invitant la population des camps palestiniens du Liban à la grève lundi en signe de protestation. Cet appel a été respecté à Bourj el-Chemali, mais inégalement suivi dans le reste des camps du Liban selon notre correspondant.

Un membre du Hamas, Hamza Ibrahim Chahine, alias "Abou Mohammad", avait été tué vendredi dans cette déflagration, et plus d'une dizaine de personnes ont souffert d'asphyxie. Selon l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), l'explosion s'est produite "dans un entrepôt de munitions appartenant à un groupe armé" dans le camp. Une source militaire libanaise a, elle aussi, confirmé à l'AFP que l'explosion est survenue dans un dépôt d'armes et de munitions du Hamas, près d'une mosquée du camp. Toutefois, l'organisation a démenti cette version.


Le mouvement islamiste palestinien Hamas a organisé, mardi, à Saïda (Liban-sud) les funérailles de trois de ses militants, tués dimanche lors des obsèques d’un autre de ses membres qui avait succombé vendredi à une explosion dans le camp de réfugiés de Bourj el-Chemali, près de Tyr, dans des circonstances toujours floues.Selon notre correspondant au Liban-sud, Mountasser Abdallah,...