Rechercher
Rechercher

Politique - Législatives

Après vérification, 230 466 Libanais de l’étranger pourront voter

Le ministère des Affaires étrangères a annoncé hier qu’après vérification, 230 466 Libanais résidant à l’étranger pourront voter lors des législatives prévues au printemps 2022, alors que 244 442 personnes s’étaient inscrites sur les listes électorales. Dans un communiqué, le ministère a précisé avoir envoyé les listes d’électeurs fournies par les missions diplomatiques à la Direction générale des affaires personnelles après la clôture des inscriptions le 20 novembre dernier. Parmi les 244 442 personnes inscrites, 230 466 sont éligibles pour exprimer leur suffrage, a ajouté le ministère. Il a précisé que des inscriptions ont été refusées car elles ne respectaient pas les critères requis, ou en raison de répétitions ou du dépassement du délai légal d’inscription sur les listes. Pour sa part, le ministre des Finances Youssef Khalil a transmis hier au secrétariat général du Conseil des ministres un projet de décret prévoyant le transfert de cinq milliards de livres libanaises des réserves du budget de 2021 consacrés à la préparation du scrutin législatif. Le Parlement avait amendé le 19 octobre dernier la loi électorale (44/2017) pour notamment avancer la date des législatives de mai 2022 à mars. Un amendement que le chef de l’État Michel Aoun a toutefois rejeté, ainsi que d’autres relatifs notamment aux modalités de vote des émigrés. Malgré ce refus du président, le texte a de nouveau été validé par la Chambre le 28 octobre dernier. Le Courant patriotique libre (CPL) de Gebran Bassil a alors présenté devant le Conseil constitutionnel, le 17 novembre, un recours en invalidation des amendements que le Parlement a apportés à la loi électorale. La démarche aouniste suscite des craintes quant à la tenue du scrutin, et la balle est aujourd’hui dans le camp du Conseil constitutionnel qui devrait rendre sa décision dans un délai d’un mois après le dépôt du recours, soit au maximum le 17 décembre.

En 2018, et à la faveur de l’article 3 de la loi 44/2017, les émigrés ont pris part pour la toute première fois aux élections législatives en votant pour les 128 députés qui composent la Chambre dans les quinze circonscriptions de la métropole. Selon l’article 122 de cette même loi, ils étaient supposés élire, lors du scrutin suivant, donc celui de 2022, six parlementaires (trois chrétiens et trois musulmans répartis à raison de un par continent) qui formeraient une circonscription consacrée aux expatriés. Mais le Parlement a suspendu en octobre l’application de cet article de la loi. Les aounistes plaident ainsi, à travers leur recours, pour que les Libanais de la diaspora puissent voter pour six députés.


Le ministère des Affaires étrangères a annoncé hier qu’après vérification, 230 466 Libanais résidant à l’étranger pourront voter lors des législatives prévues au printemps 2022, alors que 244 442 personnes s’étaient inscrites sur les listes électorales. Dans un communiqué, le ministère a précisé avoir envoyé les listes d’électeurs fournies par les missions...

commentaires (1)

Ce chiffre est pitoyable lorsqu’on sait que la diaspora compte plus de 14 millions de têtes de pipes dans le monde. On s’attendait à un raz de marré et nous voilà devant un petit débordement de vase. Les opposants peuvent d’ors et déjà regretté leur comportement pour le moins enfantin qui a découragé plus d’un, et on espère de tout cœur que le tir sera vite rectifié pour inciter les locaux à se ruer vers les urnes pour voter des candidats qu’ils auraient déjà choisis et nommés pour ne pas louper encore une fois le coche et pleurnicher après coup. Nous sommes devant un défi historique et il n’est pas acceptable que quiconque le gaspille pour des questions d’ego et d’intérêts personnels, nous avons déjà donné dans ce domaine.

Sissi zayyat

11 h 35, le 02 décembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Ce chiffre est pitoyable lorsqu’on sait que la diaspora compte plus de 14 millions de têtes de pipes dans le monde. On s’attendait à un raz de marré et nous voilà devant un petit débordement de vase. Les opposants peuvent d’ors et déjà regretté leur comportement pour le moins enfantin qui a découragé plus d’un, et on espère de tout cœur que le tir sera vite rectifié pour inciter les locaux à se ruer vers les urnes pour voter des candidats qu’ils auraient déjà choisis et nommés pour ne pas louper encore une fois le coche et pleurnicher après coup. Nous sommes devant un défi historique et il n’est pas acceptable que quiconque le gaspille pour des questions d’ego et d’intérêts personnels, nous avons déjà donné dans ce domaine.

    Sissi zayyat

    11 h 35, le 02 décembre 2021

Retour en haut