Rechercher
Rechercher

Monde - Espionnage

Pour contrer les menaces, le chef du MI6 veut collaborer avec la tech

Face aux menaces posées par la Russie, l’Iran, la Chine et le terrorisme, les services secrets ne peuvent lutter seuls et doivent travailler avec le secteur de la tech, a affirmé mardi le chef du renseignement extérieur britannique, le MI6. Lors d’une rare allocution publique, à l’Institut international d’études stratégiques, un groupe de réflexion basé à Londres, Richard Moore a évoqué les défis de l’espionnage transformé par les avancées technologiques. Il a notamment souligné que « s’adapter à un monde affecté par la montée en puissance de la Chine est la plus grande priorité du MI6 ». « Les agents du renseignement chinois cherchent à exploiter la nature ouverte de notre société, notamment en utilisant les plateformes de médias sociaux pour faciliter leurs opérations », a-t-il déclaré. Dans une interview à la BBC quelques heures plus tôt, M. Moore avait expliqué que les capacités d’intelligence artificielle de la Chine lui permettent de « récolter des données du monde entier ». Le pays « essaie également d’user de son influence par le biais de ses politiques économiques pour essayer et, parfois, réussir à prendre des gens dans ses filets », avait-il décrit, évoquant des « pièges de la dette ». Autre État pointé du doigt, la Russie, qualifiée par Richard Moore de « menace grave ».

Le troisième pays qu’il a cité est l’Iran, disant espérer une solution diplomatique sur le sujet du nucléaire, source de tensions. Ces trois pays constituent avec le terrorisme international les quatre priorités des services de renseignements britanniques qui tentent de s’adapter à un environnement en pleine mutation.


Face aux menaces posées par la Russie, l’Iran, la Chine et le terrorisme, les services secrets ne peuvent lutter seuls et doivent travailler avec le secteur de la tech, a affirmé mardi le chef du renseignement extérieur britannique, le MI6. Lors d’une rare allocution publique, à l’Institut international d’études stratégiques, un groupe de réflexion basé à Londres, Richard Moore...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut