Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Libye

Conférence à Tripoli pour consolider la transition avant les élections

Conférence à Tripoli pour consolider la transition avant les élections

Des officiels libyens et étrangers lors de la conférence ministérielle internationale pour consolider le processus de transition en Libye, hier à Tripoli. Mahmud Turkia/AFP

Une conférence ministérielle internationale s’est tenue hier à Tripoli en présence de représentants d’une trentaine d’États pour consolider le processus de transition en Libye, à deux mois d’une élection présidentielle cruciale pour l’avenir du pays. « Tripoli s’est rétablie. Elle est la capitale de tous les Libyens », a déclaré le chef du gouvernement intérimaire Abdelhamid Dbeibah dans son discours d’ouverture de la « Conférence de soutien à la stabilité de la Libye », la première du genre à se tenir dans le pays depuis dix ans. « Votre présence est la preuve que nous sommes engagés sur le chemin de la paix », a-t-il lancé, promettant que les élections auraient lieu « à la date prévue » en décembre et appelant au « respect des résultats ». « Il n’y a pas de stabilité sans une souveraineté nationale pleine », a affirmé la ministre libyenne des Affaires étrangères, Najla al-Mangoush. La réunion, à laquelle participent des délégations représentant une trentaine de pays et d’organisations internationales, se tient au moment où le pays d’Afrique du Nord tente de tourner la page d’une décennie de chaos depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi. Après des années de conflits armés et de divisions entre l’Est et l’Ouest, un nouveau gouvernement intérimaire a été désigné en début d’année, sous l’égide de l’ONU, pour sortir le pays d’un conflit internationalisé en le menant jusqu’à une élection présidentielle cruciale fixée au 24 décembre et suivie par un scrutin législatif. La secrétaire générale adjointe de l’ONU pour les Affaires politiques, Rosemary DiCarlo, a insisté dans un discours sur l’importance du scrutin de décembre pour « achever la phase transitoire », en appelant les organisations internationales à dépêcher sur place « des envoyés spéciaux pour observer cette opération » et garantir sa transparence. Alors que la Libye fait face à de multiples accusations de mauvais traitements à l’encontre des migrants en situation irrégulière, Mme DiCarlo a exhorté les autorités libyennes à accélérer le rapatriement des réfugiés bloqués dans le pays et à libérer les migrants en détention. Plusieurs chefs de diplomatie, dont le Français Jean-Yves Le Drian et l’Italien Luigi Di Maio, ont assisté à la conférence aux côtés d’homologues de pays arabes. Les États-Unis sont représentés par Yael Lempert, une haute responsable du département d’État.

« Commandement unique »

Pour la communauté internationale, la priorité est la tenue des scrutins décisifs mais entourés d’incertitudes, du fait des fortes dissensions internes. L’un des enjeux est de « capitaliser sur la dynamique actuelle pour voir la Libye se stabiliser, parce que plusieurs pays veulent en fait voir une Libye stable, même si c’est à leurs propres conditions », décrypte Emadeddin Badi, expert à la Global Initiative basée à Genève. Alors que le conflit libyen a été largement alimenté par des puissances extérieures, Tripoli souhaite par ailleurs « mettre l’accent sur la nécessité de respecter la souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale de la Libye », selon Mme al-Mangoush.

La rencontre devait aborder l’épineuse question des mercenaires. En décembre dernier, l’ONU faisait état de quelque 20 000 mercenaires et combattants étrangers présents en Libye : des Russes du groupe privé Wagner, des Tchadiens, Soudanais, Syriens... Mais aussi plusieurs centaines de militaires turcs présents en vertu d’un accord bilatéral conclu avec l’ancien Gouvernement d’union nationale. Quelques départs « très modestes » ont depuis été constatés, d’après Tripoli. Début octobre, des délégations militaires des deux camps ont convenu d’un « plan d’action global » pour leur retrait, sans avancer de calendrier.

Autre point de discussion, l’unification de l’armée sous un commandement unique. Car si en théorie le pays dispose désormais d’un pouvoir unifié, la région orientale de Cyrénaïque est contrôlée de facto par le maréchal Khalifa Haftar, lui-même candidat probable à la présidentielle. Mais le timing de cet événement interpelle. « Si le gouvernement (de transition) actuel s’en va en décembre, quel peut être l’intérêt de confectionner des plans avec lui en octobre ? » s’interroge ainsi Jalel Harchaoui, un autre spécialiste de la Libye à la Global Initiative. « Il est certain qu’on y parlera aussi des élections, parce qu’il existe en effet une incertitude sur le scrutin, sa date et sa base juridique », note-t-il sans exclure un éventuel report du scrutin.

Source : AFP


Une conférence ministérielle internationale s’est tenue hier à Tripoli en présence de représentants d’une trentaine d’États pour consolider le processus de transition en Libye, à deux mois d’une élection présidentielle cruciale pour l’avenir du pays. « Tripoli s’est rétablie. Elle est la capitale de tous les Libyens », a déclaré le chef du gouvernement...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut