Rechercher
Rechercher

Société - Incendie

À Zahrani, 250 000 litres de carburant ont pris feu

À Zahrani, 250 000 litres de carburant ont pris feu

La Défense civile sur les lieux de l’incendie d’un réservoir de carburant à Zahrani. Photo fournie par notre correspondant Mountasser Abdallah

À un moment où le pays vit l’une des pires crises de carburant de son histoire, un incendie dans les installations pétrolières de Zahrani, au Sud, a carbonisé quelque 250 000 litres d’hydrocarbures. L’impressionnant sinistre s’est déclaré le matin dans un réservoir contenant du carburant destiné à l’armée, mais a été maîtrisé par la Défense civile en journée, ne faisant heureusement aucune victime. Les équipes de la Défense civile, déployées sur place rapidement après le début de l’incendie et soutenues par des pompiers de Beyrouth, avaient également mené des opérations de refroidissement d’un réservoir proche de celui en feu, afin d’éviter que les flammes ne s’y propagent. L’armée s’était mobilisée, de son côté, pour évacuer la zone, tandis que la route côtière longeant les installations était fermée et la circulation déviée vers l’autoroute, rouverte par la suite après une fermeture temporaire pour des raisons de sécurité.

Présent sur les lieux, le ministre de l’Énergie, Walid Fayad, a expliqué que l’incident s’était produit pendant que des équipes vidaient le réservoir, qui présentait des défaillances. Une inspection avait montré, ces derniers jours, que son toit s’inclinait et, pour éviter toute avarie, des équipes des installations pétrolières avaient commencé à transporter son contenu vers un réservoir avoisinant. Le feu s’est déclenché lors de cette opération. Le ministre a demandé qu’un rapport soit établi afin d’élucider les circonstances de l’incendie et d’éviter de futurs incidents du même genre. Le procureur général près la cour d’appel du Liban-Sud, Rahif Ramadan, a ouvert une enquête.

De son côté, le directeur des installations, Ziad el-Zein, a estimé qu’un court-circuit aurait pu se produire lors du transfert de carburant. Il a ajouté qu’une « catastrophe aurait pu se produire si le feu avait gagné les réservoirs voisins ».

Les installations pétrolières de Zahrani font partie de l’infrastructure qui accueille les réserves de carburant d’importation avant leur distribution, dans un Liban paralysé depuis des mois par les pénuries de carburant. Samedi, la centrale électrique de Zahrani, qui jouxte les installations, avait été mise à l’arrêt, à l’instar de celle de Deir Ammar, dans le Nord, suite à l’épuisement des stocks de fuel qui doivent les alimenter. Tombée sous la barre des 270 mégawatts (MW), la capacité de production totale de courant s’était révélée insuffisante pour stabiliser le réseau, ce qui avait provoqué une énième panne générale, dans un contexte de pénuries diverses et de grave crise économique et financière. Un don de 6 millions de litres de gasoil de l’armée libanaise, répartis entre les centrales du pays, pour une production supplémentaire de 300 MW et un total de 500 MW, avait finalement permis à Électricité du Liban de rétablir son réseau dimanche pour une durée de « trois jours ».


À un moment où le pays vit l’une des pires crises de carburant de son histoire, un incendie dans les installations pétrolières de Zahrani, au Sud, a carbonisé quelque 250 000 litres d’hydrocarbures. L’impressionnant sinistre s’est déclaré le matin dans un réservoir contenant du carburant destiné à l’armée, mais a été maîtrisé par la Défense civile en journée, ne...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut