Rechercher
Rechercher

Lifestyle - Exposition

Dans un Paris postconfinement, la folie créative de Thierry Mugler

Le MAD de Paris consacre une rétrospective au couturier, invitant la mode à sortir du monde virtuel après avoir été confinée sur internet.

Dans un Paris postconfinement, la folie créative de Thierry Mugler

L’exposition « Thierry Mugler : couturissime », au Musée des arts décoratifs (MAD) de Paris, s’ouvre au public demain jeudi. Christophe Archambault/AFP

L’exubérance et la folie créative de Thierry Mugler, couturier, artiste et photographe, s’exposent à Paris, invitant à sortir du monde virtuel et pousser les limites de la mode commerciale et uniformisée. L’exposition « Thierry Mugler : couturissime » au Musée des arts décoratifs (MAD) de Paris s’ouvre au public demain jeudi, une date symbolique car en plein milieu de la Fashion Week qui renoue avec les défilés après avoir été confinée sur internet pendant la pandémie de Covid-19.

C’est Thierry Mugler qui a été dans les années 1970 le pionnier du défilé-spectacle tel qu’on le connaît aujourd’hui et qui a tant manqué pendant les confinements. « C’est important de montrer ce que représente Thierry Mugler en 2021 à la jeune génération, peut-être plus uniformisée, moins poussée à la créativité dans une mode plus commercialisée », déclare Thierry-Maxime Loriot, commissaire de l’exposition, produite à l’origine par le Musée des beaux-arts de Montréal.


L’exposition « Thierry Mugler : couturissime », au Musée des arts décoratifs (MAD) de Paris, s’ouvre au public demain jeudi. Christophe Archambault/AFP

Robe chimère et robe insecte

Il a fallu deux ans pour créer la robe chimère à l’affiche de l’exposition, dont chaque écaille est réalisée et peinte à la main, et qui a été vue pendant seulement deux minutes sur le podium. Jerry Hall a porté en 1997 une robe « insecte », Emma Sjöberg était en 1992 en corset en forme d’un guidon de moto pour le tournage du clip Too Funcky de George Michael...

Le couturier âgé de 72 ans s’est retiré de la mode en 2002, mais les icônes de la pop culture d’aujourd’hui, comme Lady Gaga, Beyoncé, Cardi B ou Kim Kardashian, arborent ses tenues d’archives pour les grandes occasions. « Je ne faisais pas de la mode et je ne suivais pas les tendances. Cela raconte une histoire et la perpétue en quelque sorte », commente Thierry Mugler dans le catalogue de l’exposition.

Bustiers en plexiglas ou en métal, costumes montés sur du caoutchouc, utilisation du latex à la place du cuir, tailleurs en vinyle, fausses fourrures : ses matériaux et techniques sont révolutionnaires. De même pour le parfum « gourmand » dans lequel il introduit une molécule utilisée pour les bonbons. Lancé en 1992, Angel disputera la première place des ventes au mythique N° 5 de Chanel. « Mugler voulait se détacher de la haute couture qui correspondait à une élite, et montrer que les jeunes pouvaient aussi porter de la haute couture et que cela pouvait être autre chose qu’une robe pour aller à une soirée chic », relève Thierry-Maxime Loriot.

L’audace paie également dans les collections pour homme : en 1985, Jack Lang, alors ministre français de la Culture, est sifflé à l’Assemblée nationale française à cause de son costume col Mao signé Mugler porté sans cravate. Le lendemain, Yves Mourousi, présentateur vedette de TF1, porte le même.


L’exposition « Thierry Mugler : couturissime », au Musée des arts décoratifs (MAD) de Paris, s’ouvre au public demain jeudi. Christophe Archambault/AFP

Opéra en neuf actes

À l’image de Thierry Mugler et ses shows, l’exposition sera « mise en scène » et présentée comme un « opéra en neuf actes » avec des installations et effets visuels. « J’adore offrir le spectacle. Les gens ne vont plus au cinéma parce qu’ils ont Netflix. Ici, ils vont pouvoir découvrir l’univers Mugler eux-mêmes à travers ses photos, des tableaux, des extraits vidéo », déclare le commissaire Thierry-Maxime Loriot. Dans un monde « où l’on doit être aimé sur les réseaux sociaux » et l’on s’habille pareil « à Montréal, Hong Kong, Melbourne et Paris » avec les marques de grande distribution, l’exposition célèbre l’audace et « l’individualité ». « L’idée est que les gens sortent d’ici avec un sourire, qu’ils se sentent joyeux », souligne-t-il encore.

Pour le directeur du MAD, Olivier Gabet, Thierry Mugler « a mis en avant le défilé comme une sorte de grande communion autour du créateur, des femmes, des musiciens... Aujourd’hui, ce spectacle de la mode nous paraît assez normal ». « On peut tous aimer écouter de la musique à la radio, regarder un film sur son écran d’ordinateur, contempler de la mode en numérique. Mais la véritable émotion est celle qu’on rencontre quand on a ce contact direct avec la création », conclut-il.

Olga NEDBAEVA/AFP


L’exubérance et la folie créative de Thierry Mugler, couturier, artiste et photographe, s’exposent à Paris, invitant à sortir du monde virtuel et pousser les limites de la mode commerciale et uniformisée. L’exposition « Thierry Mugler : couturissime » au Musée des arts décoratifs (MAD) de Paris s’ouvre au public demain jeudi, une date symbolique car en plein...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut