Rechercher
Rechercher

Politique

Mazout iranien ou pas ?

Hier, la séance parlementaire de vote de confiance du gouvernement de Nagib Mikati, au palais de l’Unesco, a commencé en retard, en raison d’une coupure de courant. Une affaire au sujet de laquelle les internautes s’en sont donné à cœur joie, estimant que les parlementaires goûtent enfin au pain quotidien de la population libanaise, soumise depuis des mois à de pénibles pénuries.

Quand le courant a finalement été rétabli, sous les applaudissements des députés, la rumeur a couru que le camion-citerne aperçu plus tôt dans le parking du palais de l’Unesco transportait du mazout iranien, assuré par le Hezbollah, en référence aux cargaisons arrivées de Syrie la semaine dernière sur le territoire libanais par des passages frontaliers illégaux après avoir été commandées par le parti chiite. Une assertion démentie immédiatement par le secrétariat général du Parlement qui a précisé, dans un communiqué, que la coupure de courant du palais de l’Unesco était due à une panne qui a été réparée.

Toutefois, c’est bien le Hezbollah qui a fourni en urgence deux générateurs au palais de l’Unesco afin de rétablir le courant, ainsi que l’a affirmé le député du parti chiite Ibrahim Moussaoui, dans une vidéo relayée sur les réseaux sociaux. Dans celle-ci, le parlementaire apparaît devant les deux générateurs en question, installés dans la cour arrière de l’édifice. Il précise cependant que le courant a été rétabli sans qu’il n’y ait eu besoin d’utiliser ces générateurs, mais que ceux-ci, « remplis de mazout à ras bord, restent à la disposition du Parlement en cas de nouvelle coupure ».


Hier, la séance parlementaire de vote de confiance du gouvernement de Nagib Mikati, au palais de l’Unesco, a commencé en retard, en raison d’une coupure de courant. Une affaire au sujet de laquelle les internautes s’en sont donné à cœur joie, estimant que les parlementaires goûtent enfin au pain quotidien de la population libanaise, soumise depuis des mois à de pénibles pénuries....

commentaires (1)

Au lieu d'applaudir a leur place j'aurais eu honte et me serait retiré de la séance.

Pierre Hadjigeorgiou

09 h 32, le 22 septembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Au lieu d'applaudir a leur place j'aurais eu honte et me serait retiré de la séance.

    Pierre Hadjigeorgiou

    09 h 32, le 22 septembre 2021

Retour en haut