Rechercher
Rechercher

Politique - Enquête sur le 4 août

Le juge Bitar dément s’être rendu dernièrement à Baabda

Le juge Bitar dément s’être rendu dernièrement à Baabda

Le juge Tarek Bitar. Photo DR

Le juge d’instruction près la Cour de justice, Tarek Bitar, chargé de l’enquête sur les explosions meurtrières au port de Beyrouth, a démenti hier s’être rendu au palais présidentiel de Baabda dernièrement. Ce démenti intervient après que plusieurs médias et sites d’information, notamment le site électronique Asas Media, ont affirmé ces derniers jours que le magistrat s’était rendu à plusieurs reprises au palais présidentiel pour interroger le chef de la Sécurité de l’État, le général Tony Saliba, et pour s’entretenir avec l’ancien ministre Salim Jreissati, conseiller du président de la République Michel Aoun. Le quotidien arabophone Nida' el-Watan avait également rapporté dans un article publié le 31 juillet que le juge comptait se rendre à Baabda pour recueillir la déposition du président Aoun, ce dernier ayant déclaré, fin juillet, qu’il était prêt à être entendu dans le cadre de l’enquête.

« Certains médias ont affirmé que le juge Tarek Bitar a effectué plusieurs visites au palais présidentiel où il aurait rencontré des responsables politiques et sécuritaires. Ces informations sont erronées », indique un communiqué publié hier par le Conseil supérieur de la magistrature. « Le juge demande aux médias d’être précis quand ils publient une information relative à l’enquête », poursuit le texte.

Réagissant à cette affaire, l’ordre des journalistes a pris le parti du juge Bitar et a appelé dans un communiqué à « faire la lumière sur le crime du port en accord avec les principes constitutionnels et juridiques, et à ne pas se mêler du travail de la justice ».

L’ordre de la presse a en revanche tiré à boulets rouges sur Tarek Bitar qu’il a accusé de servir des intérêts politiques. « Le juge Tarek Bitar est connu pour être honnête, mais malheureusement, il semblerait qu’il soit politisé. À travers ses démarches, il semble suivre un plan préétabli (...) qui met dans le même sac les bons et les mauvais pour que le dossier puisse être clôturé », estime le syndicat dans un communiqué. Peu après ces déclarations, de nombreux directeurs de média sont montés au créneau, affirmant qu’ils n’avaient pas été consultés avant la publication du communiqué de l’ordre de la presse dont ils ont dénoncé le contenu.


Le juge d’instruction près la Cour de justice, Tarek Bitar, chargé de l’enquête sur les explosions meurtrières au port de Beyrouth, a démenti hier s’être rendu au palais présidentiel de Baabda dernièrement. Ce démenti intervient après que plusieurs médias et sites d’information, notamment le site électronique Asas Media, ont affirmé ces derniers jours que le magistrat...

commentaires (1)

C’est la marmite du diable ! De la manipulation éhontée ; Ils ne reculent devant rien ni personne, soutenus par certains médias à leur solde, ils se croient tout permis. Des fake news juste pour discréditer un Homme Honnête qui, cherche uniquement la vérité bien enfuie dans les sous-sols du mensonge d’Etat. Pas de terme assez fort pour qualifier ce geste ignoble. Ils y vont à l’usure, espérant décourager les plus opiniâtres qu’ils soient, Premiers Ministres, Ministres, juges, militaires ou même planton d’une administration quelconque; Pour peu qu’elle existe encore ? sans foi ni loi, sans vergogne dépourvu de conscience personnelle et professionnelle, leur but est de faire le vide autour de tout sujet tabou, qui pourrait toucher de près ou de loin la haute sphère des dirigeants, qui sont eux-mêmes dirigés à distance, tels des robots par l’étranger qui, à des ambitions encore moins nobles que les leurs. Soutenons le Juge TAREK BITAR, par tous les moyens légaux et Républicain afin qu’il puisse les mettre ou ils auraient dû être depuis des décennies, en --->>> PRISON !

Le Point du Jour.

12 h 52, le 03 août 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • C’est la marmite du diable ! De la manipulation éhontée ; Ils ne reculent devant rien ni personne, soutenus par certains médias à leur solde, ils se croient tout permis. Des fake news juste pour discréditer un Homme Honnête qui, cherche uniquement la vérité bien enfuie dans les sous-sols du mensonge d’Etat. Pas de terme assez fort pour qualifier ce geste ignoble. Ils y vont à l’usure, espérant décourager les plus opiniâtres qu’ils soient, Premiers Ministres, Ministres, juges, militaires ou même planton d’une administration quelconque; Pour peu qu’elle existe encore ? sans foi ni loi, sans vergogne dépourvu de conscience personnelle et professionnelle, leur but est de faire le vide autour de tout sujet tabou, qui pourrait toucher de près ou de loin la haute sphère des dirigeants, qui sont eux-mêmes dirigés à distance, tels des robots par l’étranger qui, à des ambitions encore moins nobles que les leurs. Soutenons le Juge TAREK BITAR, par tous les moyens légaux et Républicain afin qu’il puisse les mettre ou ils auraient dû être depuis des décennies, en --->>> PRISON !

    Le Point du Jour.

    12 h 52, le 03 août 2021

Retour en haut