Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Reportage

« Le peuple n’acceptera jamais une nouvelle dictature »

« Le peuple n’acceptera jamais une nouvelle dictature »

Des Tunisiens célébrant la décision du chef de l’État Kaïs Saïed de suspendre les activités du Parlement, le 25 juillet 2021, à Tunis. Fethi Belaid/AFP

L’espoir l’emporte : malgré des symboles démocratiques corsetés par les armes, la vie reprenait son cours hier à Tunis, où nombre d’habitants veulent croire au coup politique du président Kaïs Saïed pour « sauver » une Tunisie en crise, sans pour autant lui accorder une confiance aveugle. Depuis que M. Saïed a suspendu dimanche les activités du Parlement et limogé le Premier ministre, un blindé bloque l’accès au palais du Bardo, où travaillent habituellement les députés. Un symbole loin d’être anodin dans ce petit pays qui fait figure de phare démocratique dans la région, depuis sa révolution de 2011, quand des manifestations monstres avaient chassé le dictateur Zine el-Abidine Ben Ali en 2011.

Si plusieurs pays ont averti d’un risque de régression du berceau du printemps arabe vers un modèle autoritaire, Najet Ben Gharbia, baguette en main, espère mieux. Cette habitante du quartier du Bardo attendait une décision forte « depuis longtemps ». Dix ans après la révolution, « il y a encore beaucoup de pauvreté, les gens sont misérables », souffle-t-elle dans son pantalon fleuri. L’inflation continue éprouve cette garde-malade de 47 ans. Avec son salaire mensuel de 600 dinars (180 euros), elle s’interdit la viande rouge, devenue trop chère, et s’inquiète pour l’avenir de son fils, qui vivote en travaillant dans un café.

Un seul pouvoir

La pandémie de Covid-19 et son cortège de restrictions n’ont fait qu’aggraver leur situation. La priorité est à l’action, pas aux atermoiements, estime-t-elle, comme des milliers d’autres Tunisiens qui ont crié leur joie dans la rue après les annonces du président. « Kaïs Saïed, c’est un prof (de droit), pas un politicien, il est comme nous, rappelle-t-elle. On est sûr de lui, il n’est pas comme Ben Ali, ce n’est pas un dictateur. » Un sentiment partagé par d’autres Tunisiens interrogés, même si certains s’inquiètent de le voir devenir « un dictateur ».

Portrait

Kaïs Saïed, l’homme de tous les paradoxes


Après des heurts lundi devant le Parlement entre partisans du président et ceux de la formation d’inspiration islamiste Ennahda, arrivée en tête des dernières législatives, le calme est revenu à Tunis. Hormis les barrages policiers bloquant l’avenue Bourguiba, principale artère de la capitale, difficile de deviner que le pays traverse une grave crise politique. La sérénité apparente ne signifie pas pour autant que Kaïs Saïed bénéficie d’un chèque en blanc. Comme lui, Ben Ali avait d’abord invoqué la Constitution en 1987 pour prendre le pouvoir, puis le confisquer. « On craint un peu ce qu’il peut advenir, de revenir à l’époque de Ben Ali, admet Mourtadha al-Saïdi, étudiant de 19 ans. Maintenant, il y a un seul pouvoir, c’est le président qui a le pouvoir exécutif et le pouvoir judiciaire. »

La Tunisie a changé

Mais face à la crise sanitaire et économique et à la paralysie politique provoquée ces derniers mois par le bras de fer entre le président et Ennahda, la tentation d’un homme à poigne séduit. « Ce que fait le président, c’est dans notre intérêt. Depuis 2011, les partis n’ont rien fait à part vendre nos biens aux étrangers et aux grandes familles de Tunis », estime Mounir Mabrouk. Le quinquagénaire s’inquiète toutefois de la fermeture « irresponsable » du bureau de la chaîne qatarie al-Jazeera, investie par des policiers, alors que la liberté de la presse est l’une des fiertés de la Tunisie. Sans toutefois y voir un signal décisif. Selon lui, « le peuple n’approuvera jamais une nouvelle dictature ».

En terrasse avec ses amis, Lassaad Mahouachi ne s’alarme pas lui non plus. Ce retraité n’imagine pas la Tunisie sombrer dans une dérive autocratique, comme l’Égypte du maréchal Sissi, que Kaïs Saïed a rencontré en avril. « Sissi a accusé ses opposants islamistes d’être des terroristes et les a condamnés à mort. Ici, (le chef d’Ennahda Rached) Ghannouchi peut venir protester devant le Parlement sans être arrêté », observe-t-il. Pour lui, le « gouvernement n’a rien fait contre l’épidémie de Covid-19 ». Le pays enregistre l’un des pires taux de mortalité officiel du monde. « Tous les Tunisiens sont dégoûtés. C’était le meilleur moment pour agir, confirme Hosni Mkhali, chauffeur de taxi de 47 ans. Maintenant, on attend de voir. » Le président a dit qu’il choisirait un nouveau Premier ministre. En cas de dérive, le peuple saura se faire entendre, selon lui. « La Tunisie a changé. Dans la rue, ce ne sont plus les Tunisiens de Bourguiba ou de Ben Ali. »


L’espoir l’emporte : malgré des symboles démocratiques corsetés par les armes, la vie reprenait son cours hier à Tunis, où nombre d’habitants veulent croire au coup politique du président Kaïs Saïed pour « sauver » une Tunisie en crise, sans pour autant lui accorder une confiance aveugle. Depuis que M. Saïed a suspendu dimanche les activités du Parlement et...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut