Rechercher
Rechercher

Politique - Explosion du 4 août

Michel Pharaon s’interroge sur le rôle du chef de la Sécurité de l’État

"Il est du droit des habitants de nos régions sinistrées de connaître la vérité au sujet du (rôle du) responsable de la Sécurité de l’État", martèle l’ancien député de Beyrouth I.

Michel Pharaon s’interroge sur le rôle du chef de la Sécurité de l’État

Vue du port de Beyrouth, après l'explosion, le 5 août 2020. Photo AFP

L’ancien ministre et député Michel Pharaon a insisté lundi sur le droit des Beyrouthins à connaître la vérité sur la double explosion dévastatrice du 4 août 2020 au port de Beyrouth. Il s’est montré particulièrement critique à l’égard du président de la République Michel Aoun, lui reprochant de couvrir un des inculpés dans le cadre de l’enquête sur cette affaire, le général Tony Saliba, directeur de la Sécurité de l’État.

« Il est du droit des habitants de nos régions sinistrées de connaître la vérité au sujet du (rôle du) responsable de la Sécurité de l’État, qui travaille sur base des instructions du palais (présidentiel), dont la mission était de nous protéger et qui est aujourd’hui inculpé dans l’affaire de l’explosion du 4 août (…) », a martelé l’ancien député de Beyrouth I à l’ouverture d’un événement sportif à Achrafieh.

Tony Saliba avait été inculpé une première fois par le juge d’instruction en charge de l’enquête, Fady Sawan, avant que ce dernier ne soit dessaisi du dossier. Son successeur, Tarek Bitar, a également engagé des poursuites contre lui.

« Comment peut-on compter sur la magistrature et les services de sécurité si le salaire d’un juge ou d’un agent est le plus bas au monde ? », s’est-il interrogé par la suite, avant d’insister sur la nécessité que la vérité soit dévoilée « à travers une enquête locale ou internationale » et d’appeler à « résister contre le suicide vers lequel nous entraîne celui qui veut s’accrocher au pouvoir et aux armes », en allusion au Hezbollah.

Lire aussi

Amnesty appelle à lever l'immunité de "hauts responsables"

La position de Michel Pharaon, ancien député grec-catholique, revêt de l’importance compte-tenu du message qu’elle recèle à l’heure où un bouclier politico-communautaire commence à prendre forme pour protéger les personnalités politiques et de sécurité que le juge Bitar souhaite interroger en tant qu’inculpés. Parmi celles-ci, le général Tony Saliba qui appartient à la même communauté que M. Pharaon. Selon l’ancien député, il bénéficie de la couverture du chef de l’État qu’il a vivement critiqué dans son discours, mais sans le nommer. M. Pharaon s’en est ainsi pris contre « celui qui a transformé le palais du peuple en palais contre le peuple, sans la moindre empathie ou regret », en allusion au président, lui reprochant de « n’accorder de l’intérêt qu’à ses proches ».

L’ancien député a en outre stigmatisé « la couverture politique assurée aux banques qui ont fait masse basse sur l’argent des déposants ».


L’ancien ministre et député Michel Pharaon a insisté lundi sur le droit des Beyrouthins à connaître la vérité sur la double explosion dévastatrice du 4 août 2020 au port de Beyrouth. Il s’est montré particulièrement critique à l’égard du président de la République Michel Aoun, lui reprochant de couvrir un des inculpés dans le cadre de l’enquête sur cette affaire, le...

commentaires (5)

Tous les politiciens, magistrats et responsables de la sécurité de ce pays sont impliqués dans ce crime si ce n’est pas dans la décision prise c’est dans leur silence coupable et la non dénonciation d’un tel acte criminel alors que même un élève de 7eme sait que cette matière est dangereuse vu la quantité stockée mais surtout son emplacement au centre de la ville. C’est un crime avec préméditation pour lequel ils devraient tous être jugés et payé soit pour leur décision prise en connaissance de cause soit pour leur complicité et complaisance avec les assassins qui leur a facilité la tâche, un point c’est tout. Le Kabalan qui défend les politiciens en se basant sur le fait qu’ils ne savaient pas que cette matière était dangereuse ne fait que confirmer leur incompétence et leur trahison à commencer par les l’importateur qui observe un silence douteux pour se faire oublier dans tout cet embroglio et dépêche des comparses pour le défendre alors qu’ils ne font que l’enfoncer.

Sissi zayyat

10 h 44, le 23 juillet 2021

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Tous les politiciens, magistrats et responsables de la sécurité de ce pays sont impliqués dans ce crime si ce n’est pas dans la décision prise c’est dans leur silence coupable et la non dénonciation d’un tel acte criminel alors que même un élève de 7eme sait que cette matière est dangereuse vu la quantité stockée mais surtout son emplacement au centre de la ville. C’est un crime avec préméditation pour lequel ils devraient tous être jugés et payé soit pour leur décision prise en connaissance de cause soit pour leur complicité et complaisance avec les assassins qui leur a facilité la tâche, un point c’est tout. Le Kabalan qui défend les politiciens en se basant sur le fait qu’ils ne savaient pas que cette matière était dangereuse ne fait que confirmer leur incompétence et leur trahison à commencer par les l’importateur qui observe un silence douteux pour se faire oublier dans tout cet embroglio et dépêche des comparses pour le défendre alors qu’ils ne font que l’enfoncer.

    Sissi zayyat

    10 h 44, le 23 juillet 2021

  • On ne saura jamais la vérité!!!!

    Eleni Caridopoulou

    19 h 12, le 22 juillet 2021

  • Députe 1996 a 2018 ( 22 ans ) Entre temps : Ministre d’état ( 2 ans ) Ministre de tourisme ( 2 ans ) Le Rhosus arrive à Beyrouth , décharge et coule au port en 2014 ( Le capitaine faisait du Tourisme ). VUE sur le port depuis les hauteurs d’Ashrafie dans le silence est IMPRENABLE mais NOUS on dort ( 5 ans ) . 2019 : BOUM. Salam Alaykom : ON participe à quelques manifestations et puis ME revoilà .Question COMMENT COMBINER LA LISTE ÉLECTORALE AVEC LES DITS DÉMISSIONNAIRES DITE SOCIÉTÉ CIVILE ? ET ON NOUS dit THAOURA !!!

    aliosha

    13 h 41, le 21 juillet 2021

  • Le chef de la Sécurité de l'Etat ne joue aucun rôle dans l'octroi des permis d'importation de nitrate d'ammonium, et par conséquent je ne vois pas comment il serait impliqué dans cette catastrophe! Je l'ai dit plusieurs fois et je le répète encore ici: les responsables sont les suivants: - Le juge Jad Maalouf qui a ORDONNE le déchargement de la cargaison de NA. - Le Conseil des Ministres de l'époque, qui s'est réuni en octobre 2014 et a décidé l'octroi d'un permis d;importation de 1200 tonnes de NA au moment même où la cargaison du Rhosus était déchargée et stockée sous le hangar No 12. Tout le reste ne constitue que des vétilles....

    Georges MELKI

    11 h 37, le 21 juillet 2021

  • La Belgique et son roi ému aux larmes se sont recueillis en hommage aux victimes des inondations dramatiques survenues le 13 juillet, cet accident au demeurant catastrophique, n'a aucune commune mesure avec l'explosion du port et pourtant le responsable de la Sécurité de l’État Libanais, qui travaille sur base des instructions du palais (présidentiel) continue de profiter de l'immunité et de la protection du chef de l'état... On serait tenté de demander mais qu'est-ce qu'on a fait au bon dieu pour mériter cette caste politique....

    C…

    19 h 53, le 20 juillet 2021

Retour en haut