Rechercher
Rechercher

Sport - Jeux olympiques

Tokyo sans tambour ni trompette à J -7

Tokyo sans tambour ni trompette à J -7

À Tokyo, l’horloge du compte à rebours jusqu’à l’ouverture des Jeux olympiques. Hier, toutefois, à une semaine de la cérémonie, la capitale japonaise n’avait toujours pas le cœur à la fête, alors que les cas locaux de Covid-19 continuent de grimper. Yuki Iwamura/AFP

À une semaine jour pour jour de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Tokyo (23 juillet-8 août), la capitale japonaise n’avait toujours pas, hier vendredi, le cœur à fêter ce compte à rebours, alors que les cas locaux de Covid-19 continuaient de grimper.

La quasi-totalité des épreuves des JO se dérouleront à huis clos, et les dizaines de milliers de participants – des sportifs aux officiels, en passant par les journalistes venant de l’étranger – sont soumis à des restrictions draconiennes en raison des risques sanitaires. Ces « contre-mesures » ne suffisent pas à rassurer la population au Japon, alors que Tokyo a enregistré hier 1 271 cas supplémentaires de coronavirus, un nombre plus atteint depuis janvier. Le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach, a toutefois assuré jeudi que les mesures anticoronavirus aux JO fonctionnaient, et que les délégations suivaient et soutenaient ces règles. « C’est dans leur intérêt et en solidarité avec les habitants de Tokyo », avait souligné M. Bach après s’être rendu au Village olympique.

Hier, les autorités d’une ville de l’ouest du Japon qui accueille une délégation de sportifs ougandais a signalé à la police la disparition d’un haltérophile âgé de 20 ans, Julius Ssekitoleko, qui ne s’est pas présenté à son test PCR et était introuvable dans son hôtel. Le président de la Fédération ougandaise d’haltérophilie, Salim Musoke Ssenkungu, a déclaré que Ssekitoleko s’était entraîné « très dur » pour sa première compétition olympique d’haltérophilie, mais qu’il avait été informé cette semaine qu’il ne serait pas autorisé à concourir et qu’il devait rentrer chez lui.

État d’urgence restauré

Par ailleurs, trente cas de Covid-19 sur des personnes en lien avec les JO, dont un concerne un sportif, ont été signalés à ce jour par les organisateurs qui recensent ces cas depuis le 1er juillet. La découverte d’un foyer parmi les employés d’un hôtel de Hamamatsu (centre du Japon) accueillant l’équipe brésilienne de judo a aussi été signalée avant l’arrivée des sportifs.

Un état d’urgence sanitaire a été remis en place depuis lundi à Tokyo, jusqu’au 22 août, englobant ainsi toute la période des JO. Ce dispositif réduit les horaires d’ouverture des bars et restaurants, et leur demande de ne pas servir d’alcool. Au Japon, la pandémie a été relativement moins grave que dans de nombreux autres pays du monde, avec quelque 15 000 décès officiellement recensés depuis début 2020 et sans confinement total. Mais la campagne de vaccination a démarré très lentement dans la troisième puissance économique du monde, avant d’accélérer à partir de mai. Environ 20 % de la population nippone est entièrement vaccinée pour l’heure.

Des dizaines d’équipes sportives sont déjà au Japon, certaines dans des camps d’entraînement disséminés dans le pays, d’autres dans le Village olympique, où des drapeaux nationaux ont été accrochés aux bâtiments abritant les délégations. L’haltérophile britannique Sarah Davies a ironisé sur les réseaux sociaux sur les restrictions visant les athlètes présents au Japon avant ces Jeux olympiques très spéciaux. « Nous avons ce que nous appelons la cour de la prison », a-t-elle lancé dans une vidéo sur Instagram où elle se filmait en train de marcher sur une allée. D’autres équipes, dont des nageurs américains et la star américaine de la gymnastique Simone Biles, ont également posté des images de leurs sites d’entraînement.

Trêve olympique

Pour sa part, Thomas Bach était hier à Hiroshima (ouest du Japon) pour marquer le début de la « trêve olympique » approuvée par les Nations unies. « Les Jeux olympiques et paralympiques seront une lueur d’espoir pour un avenir meilleur et plus pacifique », a-t-il déclaré, rappelant « l’engagement pour la paix » des instances olympiques. Le vice-président du CIO, John Coates, était, lui, à Nagasaki, l’autre ville japonaise victime d’une bombe atomique en 1945.

Cette trêve, qui doit durer jusqu’au 12 septembre (soit une semaine après la fin des Jeux paralympiques), est traditionnellement censée garantir la suspension de toutes les hostilités pour permettre le passage et la participation en toute sécurité des athlètes et des spectateurs du monde entier. Moins de 1 000 personnes, principalement des dignitaires et des officiels, devraient être autorisées à assister à la cérémonie d’ouverture des JO le 23 juillet, selon des médias nippons.

Sara HUSSEIN et Ayaka McGILL/AFP


À une semaine jour pour jour de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Tokyo (23 juillet-8 août), la capitale japonaise n’avait toujours pas, hier vendredi, le cœur à fêter ce compte à rebours, alors que les cas locaux de Covid-19 continuaient de grimper.La quasi-totalité des épreuves des JO se dérouleront à huis clos, et les dizaines de milliers de participants – des...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut