Critiques littéraires L'image du mois

Edward Grazda et l'Afghanistan avant l'arrivée des troupes US

Edward Grazda et l'Afghanistan avant l'arrivée des troupes US

Talibans à Jadi Maiwand, Kaboul, 1997, © Edward Grazda

C'est à l’aube de la guerre soviéto-afghane que le photographe Edward Grazda, Américain né à Flushing, dans le Queens (NYC), débute son travail sur l'Afghanistan. En 1980, il se rend dans les zones frontalières afin de photographier les réfugiés afghans qui entrent au Pakistan pour échapper à l'invasion soviétique. 10 ans plus tard, Grazda publiera un livre couvrant cette première période de guerre, jusqu'au retrait des soldats soviétiques le 15 février 1989, après une décennie d’affrontements et plusieurs milliers de morts.

Mais le conflit n’est pas fini pour autant. Les moudjahidines s’efforcent ensuite de renverser le régime soutenu par la Russie. Finalement, en mars 1992, le président Najibullah démissionne pour faire place à un gouvernement de coalition nationale. Incapables de s'accorder pour former un nouveau gouvernement, les factions enclenchent une guerre civile. Le pays est exsangue, les infrastructures sont détruites et la population dans une situation désespérée. Les Talibans, biberonnés par les fondamentalistes radicaux dans les madrasas au Pakistan voisin, mettent les différentes milices au pas. Ils promettent d'apporter la stabilité au pays et prennent finalement le contrôle de la majeure partie de l'Afghanistan en 1996.

Le nouveau régime fondamentaliste interdit nombre de choses dont la télévision, les films, la musique, ainsi que toute représentation visuelle d’êtres vivants. Les femmes sont déscolarisées, contraintes à porter la burqa et obligées à être accompagnées par un parent masculin hors de la maison. La culture afghane est mise à sac.

Ce n'est qu'en 2001 que l’invasion américaine, décidée après le 11 Septembre, met fin au régime des Talibans.

Aujourd'hui, tandis que les États-Unis se préparent à retirer leurs forces, les Talibans gagnent à nouveau du terrain et reprennent le contrôle des zones qu’ils avaient perdues au cours des 20 années de présence américaine.

Le travail d’Edward Grazda sur la guerre soviéto-afghane, illustrant la montée et la domination des Talibans, présente une vision de l’Afghanistan à une époque qui a eu un impact majeur sur le monde d’aujourd’hui et lui fait miroir. Ces photographies ne sont pas une prédiction de l’avenir, mais elles montrent ce qui pourrait arriver à nouveau. Car nous avons, hélas, la mémoire trop courte.

Afghanistan 1980-1989 d'Edward Grazda, Der Alltag, 1990.

Afghanistan Diary: 1992-2000 d'Edward Grazda, PowerHouse Books, 2000.


C'est à l’aube de la guerre soviéto-afghane que le photographe Edward Grazda, Américain né à Flushing, dans le Queens (NYC), débute son travail sur l'Afghanistan. En 1980, il se rend dans les zones frontalières afin de photographier les réfugiés afghans qui entrent au Pakistan pour échapper à l'invasion soviétique. 10 ans plus tard, Grazda publiera un livre couvrant cette première...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut