Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Audit juricomptable

Un délai de quelques jours pour remettre les documents de la BDL à Alvarez & Masral, prévient Aoun

Un délai de quelques jours pour remettre les documents de la BDL à Alvarez & Masral, prévient Aoun

Le président libanais, Michel Aoun. Photo d'archives Twitter/Présidence libanaise

Le président libanais, Michel Aoun, qui fait de l'audit juricomptable au sein de la Banque du Liban et du reste des institutions de l'Etat son principal cheval de bataille, a rappelé jeudi qu'il ne restait que quelques jours pour remettre à la société Alvarez & Marsal, chargée de mener l'audit, les documents de la Banque centrale requis pour cette démarche.

"Il y a une échéance pour que les documents de la Banque du Liban soient remis à la société d'audit juricomptable. Avec le peuple libanais, nous sommes à l'affût. Le délai est de quelques jours", a écrit M. Aoun sur son compte Twitter personnel.

Ce message semble adressé à la Banque du Liban, dirigée par le gouverneur Riad Salamé, et au ministre sortant des Finances, Ghazi Wazni, tous deux régulièrement critiqués par le président Aoun et son camp politique. Selon une source anonyme contactée par L'Orient-Le Jour, la BDL affirme avoir déjà remis au ministre sortant des Finances tous les documents requis. Cette source souligne toutefois ne pas être en mesure de confirmer si tous les documents nécessaires ont en effet été transmis au ministre.

Les propos du chef de l'Etat interviennent à 24 heures de l'expiration du délai accordé à la Banque centrale pour fournir les documents en question à la société concernée. Lors d'une réunion tenue par visioconférence entre la BDL et des représentants d'Alvarez & Marsal, le 6 avril, les deux parties s'étaient entendues pour que la BDL remette les documents requis dans un délai qui expire le 30 avril, soit demain vendredi.

S'exprimant au lendemain de la réunion, Michel Aoun avait dénoncé l'absence de volonté de mener l'audit, critiquant par la même occasion ses adversaires politiques, notamment le président de la Chambre, Nabih Berry et le Premier ministre désigné, Saad Hariri, dont le gouverneur de la BDL, Riad Salamé, est proche. 

Le cabinet Alvarez & Marsal avait jeté l’éponge en novembre 2020 après que la Banque centrale ait refusé de fournir une importante partie des documents demandés pour démarrer sa mission, en invoquant la loi sur le secret bancaire. Si cet argument a été rejeté notamment par la ministre sortante de la Justice, Marie-Claude Najm, il a toutefois convaincu le Parlement d’adopter, le 21 décembre, une loi autorisant la levée pendant un an du secret bancaire sur les comptes de la BDL et ceux des institutions publiques, à savoir ceux qu’elles détiennent à la banque centrale. Il reste que cette loi ne garantira pas à elle seule le succès de l’opération.


Le président libanais, Michel Aoun, qui fait de l'audit juricomptable au sein de la Banque du Liban et du reste des institutions de l'Etat son principal cheval de bataille, a rappelé jeudi qu'il ne restait que quelques jours pour remettre à la société Alvarez & Marsal, chargée de mener l'audit, les documents de la Banque centrale requis pour cette démarche."Il y a une échéance pour...