Rechercher
Rechercher

Lifestyle - Coolitude

Quand les millenials se taillent le look de leurs grands-parents

Les chaussures à fermeture Velcro, les jumpsuits en velours côtelé, les gilets tricotés main, les pantalons flottants et les chemises bariolées... Le style « vieillot » attire à présent les jeunes.

Quand les millenials se taillent le look de leurs grands-parents

Maye Musk toujours rayonnante. Photo sanchezalba, tirée du compte Instagram @mayemusk

Dans une étrange envie de se renouveler en s’inspirant d’un passé pas très lointain tout en restant dans la simplicité, de nombreux millenials laissent tomber la veste cool pour une jaquette déstructurée ou troquent la robe moulante à une seule épaule pour une robe ample, collet monté et manches jusqu’aux coudes. En panne d’idées, c’est sur Instagram et les réseaux sociaux qu’ils viennent puiser leur inspiration. Selon Brian Trunzo, rédacteur en chef de la publication WGSN, chargé de prévision des tendances, l’attrait de la garde-robe de grand-père et de grand-mère découle d’une recherche de confort qui donne la priorité à l’utilitaire. Il en est également ainsi du normcore, une tendance qui se rapproche de la normalité, dans un refus apparent de la mode, et s’illustre par une manière de se vêtir de basiques banals, d’être presque « transparent », dans un parfait « non-style ». On pense notamment aux pantalons cargo, aux gilets matelassés et aux sacs banane. « Traditionnellement, nous regardions nos aînés en gros pulls, shorts et sandales surdimensionnés en pensant qu’ils n’étaient pas du tout cool », disait le styliste australien Elliot Garnaut. Les choses ont clairement changé.

Iris Apfel et Maye Musk, icônes seniors

Ainsi, les accessoires longtemps considérés de mauvais goût ou démodés sont de plus en plus recherchés. Ceci en particulier grâce à des icônes seniors stylées, telles Iris Apfel, une indétrônable fashionista de 99 ans, Maye Musk, 73 ans et toujours mannequin, Carmen Dell’Orefice, 89 ans et également mannequin, et d’autres personnalités de cette génération qui ont développé leur propre esthétique avec succès sur Instagram, rivalisant avec la génération Z. Les stars de ce troisième âge (et plus) peuvent arborer les pantalons kaki à plis, les blazers en tweed, les robes d’été à fleurs qu’elles possèdent depuis des décennies et qu’elles considèrent comme des vieilleries. Elles réussissent toutefois à leur ajouter cette chose en plus, l’élégance, qui fait toute la différence. Les jeunes, à la recherche d’alternatives aux silhouettes sombres qu’ils ont longtemps privilégiées, leur ont trouvé un caractère revigorant. Il faut ajouter à cela le désir de secouer le mauvais pli des tenues trop cocooning contracté par les quadras, notamment avec la pandémie. Une garde-robe qui s’est souvent limitée aux pyjamas, survêtements, tenues de yoga et autres caftans dans lesquels ils se sont glissés pendant des mois, aussi bien pour travailler en zoom que pour chatter avec les amis ou rester scotchés devant leurs écrans, toutes dimensions confondues. Et lorsqu’il a été possible de reprendre une vie quasi normale, armés du vaccin anti-Covid, il n’a pas été aisé de réveiller de suite les fashionistas sommeillant en chacun de ces confinés.

Grand-père très « stylish ». Photo Bigstock

Les millenials passent au « grandmillenialism »

Après les tenues champêtres quelque peu élaborées, c’est la garde-robe des grands-parents qui revient au goût du jour, mêlant à la fois confort et un zeste de fantaisie pouvant aller jusqu’à une certaine excentricité. « S’habiller comme un grand-père (ou une grand-mère) peut toujours être sexy si on sait le faire », confirme Ally May Carey, une passionnée du genre et créatrice du site de beauté australien Substance. Elle ajoute : « Je n’ai jamais vraiment aimé porter des pièces superféminines. Vous savez, quand vous mettez du rouge à lèvres, que vous portez une petite robe noire ou un pantalon, et que vous vous sentez bien, vous êtes féminine et libre quelle que soit votre inspiration. » Ainsi l’est la génération dite des cheveux gris, qui fait fi des modes en créant la sienne et à laquelle on découvre aujourd’hui plus d’un atout. Selon le Wall Street journal, cette appréciation des aînés avait été formulée et visionnée par le photographe Ari Seth Cohen qui avait lancé il y a plus de dix ans Advanced Style, un blog où il présente, dans un style éclatant, des femmes élégantes et flamboyantes de plus de 60 ans. Il a notamment braqué son objectif sur leurs robes volantées et leurs chapeaux aux formes très extravagantes. De vrais designers au naturel qui s’habillent instinctivement et avec beaucoup de goût.

Il n’y a certainement pas que de la nostalgie dans le regard des jeunes tourné vers l’ancien. Car cette tranche, baptisée grandmillenialism (dérivé de millenials et de grands-parents), véhicule avec elle une certaine lenteur de vivre, loin des courses folles contre la montre. Ainsi qu’un bonheur de porter quelque chose d’intrinsèquement « cathartique et réconfortant », dans les circonstances socio-politiques complexes prévalant actuellement, comme l’a précisé la désigner canadienne Courtney Pedersen. De quoi inverser l’adage « Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait ».


Dans une étrange envie de se renouveler en s’inspirant d’un passé pas très lointain tout en restant dans la simplicité, de nombreux millenials laissent tomber la veste cool pour une jaquette déstructurée ou troquent la robe moulante à une seule épaule pour une robe ample, collet monté et manches jusqu’aux coudes. En panne d’idées, c’est sur Instagram et les réseaux sociaux...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut