Rechercher
Rechercher

Société - Coronavirus

Araji appelle à ne pas tenir d’« iftars de groupe »

Le président de la commission parlementaire de la Santé craint « une flambée de la pandémie », alors que le pays enregistrait hier 40 nouveaux décès.

Araji appelle à ne pas tenir d’« iftars de groupe »

Une ambulance de la Croix-Rouge libanaise devant un hôpital à Beyrouth, le 29 mars dernier. Photo Houssam Chbaro

Alors que le mois de ramadan vient de débuter, le président de la commission parlementaire de la Santé, le député Assem Araji, a demandé hier aux Libanais « de ne pas se rassembler ni assister aux iftars de groupe, car cela conduira à une flambée de la pandémie ». « La baisse du nombre de décès et de contaminations ces derniers jours est un bon indicateur, à condition que les mesures de protection soient respectées, car la situation économique et sanitaire ne pourrait plus supporter une recrudescence de la pandémie », a-t-il affirmé dans un entretien accordé à la radio Voix du Liban. Mettant le ralentissement de la campagne de vaccination sur le compte de facteurs externes, à savoir une « guerre des vaccins » dans le monde, il a estimé qu’« accélérer le rythme de la vaccination était nécessaire ».

Entre-temps, le Liban enregistrait hier 40 nouveaux décès et 2 460 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures, selon le bilan officiel publié en soirée par le ministère de la Santé. Ces chiffres portent à 502 299 le nombre cumulé des cas enregistrés depuis février 2020, au nombre parmi lesquels figurent 6 778 décès et 413 175 guérisons. Parmi les cas toujours actifs, 1 850 patients sont hospitalisés, dont 821 en soins intensifs. Le taux de propagation par rapport au nombre de tests effectués au cours des 14 derniers jours est de 14,8 %, un chiffre qui continue de baisser.

Pour éviter une forte hausse des cas lors du mois de ramadan, comme cela avait été le cas après les fêtes de fin d’année, un couvre-feu de 21h30 à 5h a été instauré dans tout le pays. Il est par ailleurs interdit d’installer des tentes et d’organiser des banquets pour l’iftar, et les instances religieuses doivent limiter la fréquentation des lieux de culte à 30 % de leur capacité d’accueil. Les restaurants peuvent ouvrir jusqu’à 21h30, tandis que les bars et boîtes de nuit demeurent fermés et les rassemblements sociaux prohibés.

La Commission nationale de suivi des mesures préventives contre le coronavirus a par ailleurs recommandé une reprise progressive de l’activité dans le secteur de l’éducation, tout en prenant en compte les mesures de prévention et dans le respect de délais déterminés par le ministère de l’Éducation.

Les vaccins

Le ministère de la Santé a en outre annoncé avoir mis à la disposition des citoyens un site internet (https://covax.moph.gov.lb/impactmobile/vaccine) permettant à ceux qui ont effacé par erreur le SMS contenant les informations relatives à leur date de vaccination de retrouver ces informations.

Sur le plan de la vaccination, le ministre sortant de la Santé Hamad Hassan avait annoncé mardi que l’administration de la seconde dose du vaccin Pfizer/BioNTech sera retardée jusqu’à six semaines après la première, au lieu de trois précédemment, pour augmenter le nombre de personnes qui recevront le vaccin. Après avoir réceptionné dans le courant de la semaine dernière 50 000 des 90 000 doses du vaccin chinois Sinopharm offertes par Pékin, le Liban a entamé la vaccination de ses militaires. Les journalistes, les agents des forces de sécurité et les fonctionnaires qui le souhaitent pourront commencer à se faire vacciner à partir de lundi prochain avec le vaccin chinois.


Alors que le mois de ramadan vient de débuter, le président de la commission parlementaire de la Santé, le député Assem Araji, a demandé hier aux Libanais « de ne pas se rassembler ni assister aux iftars de groupe, car cela conduira à une flambée de la pandémie ». « La baisse du nombre de décès et de contaminations ces derniers jours est un bon indicateur, à...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut