Rechercher
Rechercher

Société

Sit-in d’activistes aounistes dans le Palais de justice de Beyrouth

Sit-in d’activistes aounistes dans le Palais de justice de Beyrouth

Les militants de « la vieille garde » ont observé un sit-in dans la salle des pas perdus du Palais de justice. Photo ANI

Un groupe de militants aounistes se faisant appeler « la vieille garde » a tenu un sit-in hier devant et dans le Palais de justice de Beyrouth afin de réclamer la tenue de l’audit juricomptable de la Banque du Liban et le suivi de trente affaires de corruption. Ce groupe est constitué d’anciens cadres et partisans du Courant patriotique libre (CPL) qui soutiennent le président Michel Aoun et ses prises de position.

Le groupe d’une dizaine de personnes a d’abord bloqué brièvement la circulation au niveau du rond-point près du Palais de justice, avant de parvenir à entrer dans le bâtiment où elles ont demandé à être reçues par le président du Conseil supérieur de la magistrature (CSM), Souheil Abboud. Ce dernier ayant refusé de les recevoir, les manifestants se sont assis par terre dans la salle des pas perdus pour y poursuivre leur sit-in. Ils avaient essayé auparavant de rencontrer le procureur général près la Cour de cassation, Ghassan Oueidate, pour lui demander de faire avancer une trentaine de dossiers de corruption, mais le magistrat a également refusé de les accueillir, se sont-ils plaints devant les journalistes qui couvraient le sit-in. M. Oueidate devait par la suite démentir ces informations. « Aucun manifestant n’a demandé à me voir, contrairement à ce qui a été rapporté. S’ils avaient formulé la demande, je n’aurais pas répondu par la négative », a-t-il confié au correspondant de l’Agence nationale d’information au Palais de justice en précisant qu’il avait seulement appris que les protestataires avaient demandé à voir Souheil Abboud, « qui n’a pas pu leur accorder audience parce qu’il présidait une réunion du conseil de discipline ».


Un groupe de militants aounistes se faisant appeler « la vieille garde » a tenu un sit-in hier devant et dans le Palais de justice de Beyrouth afin de réclamer la tenue de l’audit juricomptable de la Banque du Liban et le suivi de trente affaires de corruption. Ce groupe est constitué d’anciens cadres et partisans du Courant patriotique libre (CPL) qui soutiennent le président...

commentaires (4)

Ils sont de moins en moins nombreux, une trentaine tout au plus. CAMBRONNE a dit :LA GARDE SE MEURT MAIS NE SE REND PAS, MERDE! mais eux disent la vieille garde se rend mais ne meurt pas hahaha ?

Le Point du Jour.

10 h 30, le 09 avril 2021

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Ils sont de moins en moins nombreux, une trentaine tout au plus. CAMBRONNE a dit :LA GARDE SE MEURT MAIS NE SE REND PAS, MERDE! mais eux disent la vieille garde se rend mais ne meurt pas hahaha ?

    Le Point du Jour.

    10 h 30, le 09 avril 2021

  • Ahhhhh! Ils ont pu y acceder ...mystere !!!!! HELAS....oui....

    Monique Haddad

    08 h 08, le 09 avril 2021

  • Ils ont juste oublié les dossiers de l’électricité et de l’énergie. Ce n’est qu’un oubli non intentionnel car cette vieille garde veut éradiquer la corruption et les corrompus quel que soit leur bord politique partant de l’hypothèse de base que tous les CPL sont des anges

    Liberté de Penser

    07 h 47, le 09 avril 2021

  • Des militants aounistes, ça existe encore? Etrange anachronisme. Il faut vraiment que ce soit "la vieille garde"!

    Yves Prevost

    06 h 58, le 09 avril 2021

Retour en haut