Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Explosions du 4 août

Inauguration d'un monument en hommage à la secouriste Sahar Farès, première femme "martyre" du corps militaire

Inauguration d'un monument en hommage à la secouriste Sahar Farès, première femme

Les photos des 10 pompiers tombés lors des explosions collées sur un des véhicules. Photos João Sousa

Un monument à la mémoire de "la première femme martyre du corps militaire", la caporale Sahar Farès, tuée lors des explosions meurtrières du 4 août, a été dévoilé dimanche à Beyrouth, lors d'une cérémonie présidée par le mohafez Marwan Abboud. Sahar Farès était l’une des rares femmes secouristes au sein de l’équipe des pompiers volontaires de Beyrouth. Elle se trouvait au port avec son équipe lors de l'explosion. 

La cérémonie s'est déroulée devant la caserne de pompiers du secteur de la Quarantaine, à Beyrouth, en présence de sa famille, de son fiancé et des familles des autres pompiers décédés.  Dix soldats du feu, qui avaient été appelés sur les lieux pour éteindre l'incendie qui s'était déclaré dans le hangar 12 du port de Beyrouth, sont décédés lors de cette explosion : Ralph Mallahi, Rami Kaaki, Elie Khouzami, Charbel Hitti, Joe Noun, Nagib Hitti, Sahar Farès, Michel Hawa, Joe Bou Saab et Charbel Karam.

"Jusqu'à présent, Beyrouth décorait ses rues avec des statues de dirigeants, ministres et députés. Désormais, les rues de la ville ne seront plus décorées qu'en hommage à des personnes pauvres, des martyrs et des gens qui ont sacrifié leur vie pour cette terre", a déclaré M. Abboud lors de la cérémonie d'inauguration. Il a ajouté avoir décidé de placer ce monument en mémoire de Sahar Farès "afin que quiconque entre à Beyrouth connaisse l’histoire de cette ville et de cette martyre", a affirmé le mohafez, dans un discours prononcé après l'hymne national. Le quartier de la Quarantaine se trouve à l'entrée nord de la ville. "Je vous promets que nous n’oublierons pas les martyrs", a-t-il déclaré, annonçant qu'un "grand monument" est en construction, en l'honneur de toutes les personnes décédées dans la déflagration, qui a fait plus de 200 morts.

De son côté, Maria Farès, la sœur de la jeune femme, originaire de Qaa, a déclaré : "Le 4 août, nous avons perdu Sahar. Elle est partie vêtue de son uniforme, l'uniforme des pompiers, dont elle a toujours été fière", rappelant que "Sahar a été la première femme martyre du corps militaire au Liban". 




Un monument à la mémoire de "la première femme martyre du corps militaire", la caporale Sahar Farès, tuée lors des explosions meurtrières du 4 août, a été dévoilé dimanche à Beyrouth, lors d'une cérémonie présidée par le mohafez Marwan Abboud. Sahar Farès était l’une des rares femmes secouristes au sein de l’équipe des pompiers volontaires de Beyrouth. Elle se trouvait au...