Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Electricité au Liban

Une "amélioration progressive" du courant après le déchargement de tankers, annonce EDL

Une

Le siège d'EDL à Beyrouth. Photo ANI

Le fournisseur public Électricité du Liban (EDL) a annoncé jeudi que l'approvisionnement en courant "dans tout le Liban, y compris Beyrouth", devrait s'améliorer progressivement après le déchargement de plusieurs chargements de carburant dans les différentes centrales du pays, soulignant qu'un premier navire de gasoil avait déjà approvisionné la centrale de Deir Ammar. Cette annonce intervient après plusieurs semaines d'un important rationnement du courant dans le pays, en raison de l'incapacité des autorités à assurer le déchargement de plusieurs tankers pour des motifs financiers d'abord, puis à cause des intempéries de ces derniers jours. Des manifestations avaient été organisées au cours du week-end pour dénoncer ce rationnement sévère.

"Le navire contenant du gasoil qui se trouvait au large du Liban depuis plusieurs jours a pu décharger sa cargaison dans la centrale de Deir Ammar", a annoncé EDL dans un communiqué, avant d'ajouter qu'un second tanker, contenant du fuel (de grade A) devrait décharger du carburant à la centrale de Jiyyé dès demain "lorsque les conditions météorologiques s'amélioreront". Un troisième navire, contenant, lui, du fuel de grade B, devrait ensuite approvisionner les deux navires-centrales amarrés à Zouk Mosbeh et Jiyyé. Ces opérations permettront "d'améliorer progressivement" l'approvisionnement en courant électrique, a assuré EDL. 

Ces derniers jours, EDL avait justifié le rationnement de l'électricité par le fait que les lignes de crédit qui devaient être ouvertes pour payer le carburant alimentant les centrales n'avaient pas été ouvertes puis, mardi, par le fait que le déchargement n'avait pas pu être effectué en raison de la tempête qui s'est abattue sur le pays. 

Ne produisant déjà pas suffisamment d’électricité pour satisfaire l'ensemble de la demande en temps normal, l’établissement public a dû baisser sa production de près de 20 % en 2020 pour des raisons financières, plongeant le pays dans le noir à plusieurs reprises au cours de l’année, alors que le Liban traverse une grave crise économique et financière depuis plus d’un an et demi. Le pays a de surcroît perdu un de ses fournisseurs de carburant, l’Algérien Sonatrach, qui n’a pas renouvelé son contrat arrivé à terme fin 2020, à la suite d’un scandale de fuel défectueux, tandis que celui de son autre fournisseur, le Koweïtien KPC, n’a été prolongé que pour une durée de trois mois, selon des informations relayées à L’Orient-Le Jour.



Le fournisseur public Électricité du Liban (EDL) a annoncé jeudi que l'approvisionnement en courant "dans tout le Liban, y compris Beyrouth", devrait s'améliorer progressivement après le déchargement de plusieurs chargements de carburant dans les différentes centrales du pays, soulignant qu'un premier navire de gasoil avait déjà approvisionné la centrale de Deir Ammar. Cette annonce...