Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Coronavirus au Liban

Cinquante-neuf décès et 2.723 cas en 24h

Cinquante-neuf décès et 2.723 cas en 24h

Un soignant administre un vaccin contre le coronavirus à un jeune au Liban. Photo João Sousa

Alors qu'une polémique a éclaté dans la journée sur la vaccination au siège du Parlement de plusieurs députés et fonctionnaires, le Liban a enregistré 59 décès et 2.723 nouvelles contaminations au cours des dernières 24h, selon le bilan publié mardi soir par le ministère de la Santé. Le taux de propagation par rapport au nombre de tests effectués au cours des 14 derniers jours est de 17,7%, un chiffre qui continue de baisser mais qui reste élevé. Au total, 359.320 personnes ont contracté le virus depuis février 2020, parmi lesquelles 4.446 sont décédées, alors que 275.151 ont été guéries. Parmi les cas toujours actifs, 2.147 personnes sont hospitalisées, dont 918 en soins intensifs.

Dans un entretien à la Voix de tout le Liban, le président du syndicat des hôpitaux privés, Sleiman Haroun, a toutefois fait part d'une baisse du nombre de patients nécessitant une hospitalisation, estimant que cela était dû au confinement général et à une "prise de conscience" parmi la population.

Sur le plan international, l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), a rapporté le décès d'un médecin libanais en Espagne, des suites du coronavirus. Il s'agit du Dr Amer Mohammad Rammal, originaire de la ville de Doueir (Liban-Sud). Il est décédé à l'âge de 56 ans dans un hôpital espagnol. Le Dr Rammal, marié et père de deux enfants, et qui vivait et exerçait sa profession à Madrid depuis plus de 35 ans, sera enterré dans son village natal. 

Le Liban a entamé le 8 février son déconfinement progressif, après trois semaines de bouclage strict. Le couvre-feu total reste en vigueur, mais certains secteurs ont pu rouvrir leurs portes, notamment les magasins d'alimentation et les banques. Ce déblocage s'étend sur quatre phases de deux semaines chacune et une nouvelle étape a commencé lundi avec la réouverture de plusieurs secteurs, notamment les garages, agences de voyage et certains sports en extérieur. Le déconfinement a été entamé malgré des statistiques toujours élevées en termes de contaminations et décès. Le nombre d'hospitalisations reste aussi relativement élevé, alors que les hôpitaux du pays, qui souffrent déjà des retombées de la grave crise économique et financière que subit le pays, sont toujours à la limite de la saturation. 

Pour tenter de freiner la propagation du virus, le Liban a lancé le 15 février sa campagne de vaccination, au moyen de plusieurs dizaines de milliers de doses du sérum développé par Pfizer/BioNTech, arrivées au cours des dernières semaines. Le ministre de la Sante Hamad Hassan avait annoncé vendredi la signature d'un contrat pour l'importation d'un million et demi de doses du vaccin AstraZeneca/Oxford. Des doses de ce vaccin et du russe Spoutnik V devraient être réceptionnées dans les prochaines semaines. Le ministère de la Santé a parallèlement commencé à étudier le dossier des vaccins chinois.


Alors qu'une polémique a éclaté dans la journée sur la vaccination au siège du Parlement de plusieurs députés et fonctionnaires, le Liban a enregistré 59 décès et 2.723 nouvelles contaminations au cours des dernières 24h, selon le bilan publié mardi soir par le ministère de la Santé. Le taux de propagation par rapport au nombre de tests effectués au cours des 14 derniers jours est...