Rechercher
Rechercher

Politique - Analyse

Forces libanaises et Kataëb, une chaise pour deux

Il y a un mélange de blessures historiques, de divergences dans les choix tactiques et de calculs politiques dans la querelle intestine entre les deux partis chrétiens. 

Forces libanaises et Kataëb, une chaise pour deux

Samir Geagea et Samy Gemayel à Meerab. Photo d’archives Aldo Ayoub

Mêmes objectifs, même rhétorique, même histoire : sur la scène politique, les Forces libanaises (FL) et les Kataëb sont sans aucun doute les deux partis qui se ressemblent le plus. Et pourtant – et justement, diraient certains –, une alliance semble aujourd’hui plus qu’improbable entre les deux. « Nous n’avons plus confiance dans les Forces libanaises », affirmait Samy Gemayel le 18 janvier, refusant la main tendue par Samir Geagea pour former un front commun contre le pouvoir en place. Entre les deux hommes, le courant n’est jamais vraiment passé. « Ils ne se voient pas et se parlent très rarement », résume un familier de Saïfi et de Meerab. Mais la dimension personnelle n’explique pas tout. Il y a un mélange de méfiance et de blessures historiques, de divergences dans les choix tactiques et stratégiques dans la période récente et de calculs politiques dans la querelle intestine entre les deux partis chrétiens. Le sujet est sensible. Des deux côtés, on pèse soigneusement ses mots pour ne pas heurter le frère d’hier, le potentiel allié de demain. Tout le monde a en plus conscience que la chamaillerie a un côté un peu enfantin à un moment où le pays prend l’eau de toutes parts. « On peut avoir des différends, mais on doit les régler de façon politique », avance Charles Jabbour, porte-parole des FL, qui considère que leur division fait « le jeu du Hezbollah ».

Au sein du parti de Samir Geagea, on fait porter la responsabilité de la division à Samy Gemayel, sans toutefois le citer nommément. « C’est une décision qui relève d’un seul homme », assure un député FL. Au cours de ces dernières années, le leader des Kataëb a développé un discours plus proche de la société civile, s’éloignant de la rhétorique traditionnelle de son parti – même si cette ligne subsiste en son sein – élargissant un peu plus le fossé, creusé par les rivalités historiques, avec les FL. « S’il était convaincu de la nécessité du changement, Samy a en plus clairement cherché à se démarquer des FL », indique un proche du parti. Comme si la relation entre les deux formations était toujours dépendante de cette dialectique de fusion/séparation qui les lie depuis l’origine. On soupçonne, alternativement et selon le contexte, les uns de vouloir couper le cordon ombilical, les autres de vouloir réaliser une OPA de gré ou de force.

Lire aussi

Geagea à « L’OLJ » : La formation d’un front d’opposition bute sur de grands obstacles

Les Kataëb sont censés être la maison mère, même si les FL regroupaient à l’origine toutes les milices chrétiennes et étaient en ce sens, conformément à la volonté de Bachir Gemayel, dès la fin des années soixante-dix, bien plus que le bras armé du parti phalangiste. Mais très vite, le rapport de force s’est inversé, au point que la milice chrétienne est devenue le parti dominant, présent sur tout le terrain, et les Kataëb, à l’inverse, une petite formation provinciale, regroupant les fidèles de l’ancien président Amine Gemayel et les nostalgiques de la « grande époque ». « Samy a peur que son parti se fasse avaler par les FL en cas de rapprochement », estime la source familière des deux partis. En 1992, Samir Geagea avait échoué de peu à prendre la tête des Kataëb contre la volonté d’Amine Gemayel, avec qui les relations ont toujours été en dent de scie. « Geagea est frustré de n’avoir jamais pu, même au plus fort de l’histoire des FL, mettre le grappin sur l’institution traditionnelle », explique la source précitée.

Du côté des Kataëb, on met surtout en avant les divergences politiques. « Ils essayent de personnaliser le problème, mais notre ligne politique ne tient pas à ce type de considérations », assure un responsable au sein du parti. La formation de Samy Gemayel ne pardonne pas aux FL d’avoir contribué à faire élire Michel Aoun à la présidence de la République. La réconciliation entre les deux rivaux historiques, Michel Aoun et Samir Geagea, au début de l’année 2016, avait pavé la voie à l’arrivée à Baabda du général et devait permettre aux FL et au Courant patriotique libre, qui estimaient représenter ensemble 85 % de la rue chrétienne, de se partager le gâteau institutionnel en mettant les autres formations chrétiennes à l’écart.

Pour les Kataëb, c’est la « faute originelle », celle dont on ne peut se laver facilement, d’autant plus que les FL considèrent jusqu’à ce jour que cette décision n’était pas une erreur. « Nous n’avions pas le choix. C’était soit Aoun, soit (Sleiman) Frangié », défend Charles Jabbour. « Nous ne pouvons pas être tenus pour responsables de la façon dont Michel Aoun gouverne », renchérit le député FL de Baalbeck-Hermel, Antoine Habché. « Mais comment est-ce qu’on peut encore leur faire confiance après cela ? » rétorque le responsable Kataëb.

Élections législatives

Simple posture ou blessure profonde ? Certainement un peu des deux. Les Kataëb ont assumé de se mettre à la marge de la scène politique et de jouer à fond la carte de l’opposition. Les FL ont pour leur part d’abord tenté de rentrer dans la logique du grand marchandage traditionnel, fortes de leurs 15 députés à la Chambre, avant de s’en retirer partiellement. Depuis, elles semblent hésiter, comme si elles craignaient de ne plus pouvoir peser sur les enjeux politiques si elles allaient au bout de la logique. Le meilleur exemple ? La démission du Parlement. Les Kataëb l’ont fait au lendemain de la double explosion qui a meurtri Beyrouth. Les FL, pour leur part, n’ont pas sauté le pas. « Si nous sommes les seuls à démissionner (sans le courant du Futur et le Parti socialiste progressiste), cela ne mènera nulle part et profitera au contraire à nos adversaires qui pourront faire ce qu’ils veulent, comme changer la loi électorale », soutient Antoine Habché. « C’est vrai que notre démission n’a pas fait vaciller le Parlement, mais qu’est-ce qu’ils ont obtenu, eux, en y restant? » réplique le responsable Kataëb.

Lire aussi

Nouveau regain de tension entre Kataëb et FL

Des deux côtés, on fait semblant de ne pas remarquer que lors des prochaines élections législatives, les deux formations se disputeront en grande partie le même électorat. En 2018, les Kataëb n’avaient obtenu que trois sièges en misant sur une stratégie en rupture avec le discours classique du parti. Le parti de Samir Geagea avait quant à lui considérablement renforcé sa position, notamment grâce à un changement de loi électorale qui lui convenait parfaitement. Mais la révolution du 17 octobre et la crise économique sont, depuis, passées par là. Conscientes de la nécessité de prendre ce virage, les FL tentent de se refaire une virginité, se rapprochant ainsi de la ligne défendue depuis des années par le parti de Samy Gemayel, jusqu’à lancer une opération séduction en direction de la société civile. « C’est aussi ce qui énerve les Kataëb. Le fait que les FL finissent par adopter leur position à la dernière page du livre », décrypte le familier des deux formations.

Les Kataëb ont une longueur d’avance sur ce terrain et pourraient séduire une partie des militants FL déçus par la décision de Samir Geagea de faire élire Michel Aoun. Mais la formation de Samir Geagea est nettement plus organisée, dispose d’une plus grande force de frappe et demeure dans l’esprit d’une grande partie de l’opinion chrétienne une force capable de les protéger en cas de nouveaux conflits sur la scène locale.


Mêmes objectifs, même rhétorique, même histoire : sur la scène politique, les Forces libanaises (FL) et les Kataëb sont sans aucun doute les deux partis qui se ressemblent le plus. Et pourtant – et justement, diraient certains –, une alliance semble aujourd’hui plus qu’improbable entre les deux. « Nous n’avons plus confiance dans les Forces libanaises »,...

commentaires (20)

Ces tiraillements politiciens et combat de chefs sont totalement ridicules et malvenus à un moment aussi critique de l'histoire du Liban. Oui il eu erreur stratégique, de calcul ou autre mais faudrait que ces chefs fassent preuve de maturité politique et s'allier de toute urgence. Nous sommes à un moment où le Liban joue son existence et j'espère que Kataeb et FL feront preuve de responsabilité.

CAMAYOU

17 h 52, le 31 janvier 2021

Tous les commentaires

Commentaires (20)

  • Ces tiraillements politiciens et combat de chefs sont totalement ridicules et malvenus à un moment aussi critique de l'histoire du Liban. Oui il eu erreur stratégique, de calcul ou autre mais faudrait que ces chefs fassent preuve de maturité politique et s'allier de toute urgence. Nous sommes à un moment où le Liban joue son existence et j'espère que Kataeb et FL feront preuve de responsabilité.

    CAMAYOU

    17 h 52, le 31 janvier 2021

  • Moi je dis comment peut-on faire confiance à Samy Gemayel quand il dit que l’élection de Michel Aoun est la « faute originelle » et pourtant à l’époque il a déclaré soutenir complètement sa présidence et puis en 2018 deux ans plus tard il s’est quand même allié aux FL pour les élections.

    Afiouni Nadim

    15 h 15, le 31 janvier 2021

  • Bachir Gemayel doit se retourner dans sa tombe.

    Robert Malek

    12 h 07, le 31 janvier 2021

  • Le problème n’est pas insoluble. Pour que le Liban triomphe, il faut que ces deux leaders se mettent d’accord pour élargir leurs horizons en créant un parti unifié qui pourrait s’appeler et pourquoi pas le Liban uni. Il est plus que jamais urgent qu’un parti rassemblant tous les libanais et non seulement les chrétiens voit le jour. Pour cela il va falloir renoncer aux titres pompants et a l’ego de chacun et choisir une personne jusque là impartiale et patriote pour présider le nouveau parti. Personne ne sera lésé et le Liban triomphera avec des adhérents de tous bords et toutes les régions. Les libanais ont besoin de nouveau pour sortir de cette impasse et de cette idéologie du culte de la personne au lieu de placer l’intérêt du pays en priorité en abandonnant leur acquis qui ne les a pas servi et encore moins servi le pays. Une chimère ou un projet réaliste? L’histoire nous le dira.

    Sissi zayyat

    11 h 43, le 31 janvier 2021

  • Hakim ... on continue avec vous on se rappelle tous qui était l’homme au 10% ... moi je n’en veux pas a gemayel ni geagea... mais à l’orient le jour qui essaie de mettre un au dessus de l’autre et avec ça ils veulent construire un pays !!! Du n’importe quoi !! Mon abonnement finis en février et je ne le renouvelle plus

    Bery tus

    23 h 25, le 30 janvier 2021

  • Ces deux partis doivent fusionner en un seul parti pour regrouper la plupart des chrétiens et pourquoi pas beaucoup de musulmans. A la tête de ce parti, il faudra élire un homme intègre, propre, honnête et qui n'a pas de sang sur les mains. Ce parti ne devra pas appartenir ni à un Gemayel ni à Geagea.

    carlos achkar

    18 h 16, le 30 janvier 2021

  • Messieurs, réveillez-vous, revoyez l'histoire avec le grand H. Les luttes fratricides ont fait chuter les plus grands empires.

    DJACK

    17 h 45, le 30 janvier 2021

  • Les chrétiens doivent s'unir si non c'est la fin des chrétiens au moyen orient

    Eleni Caridopoulou

    16 h 49, le 30 janvier 2021

  • Voyant que l'article fait appel à une photo d'archive pour illustrer l'idée est un signe déprimant. On n'arrive plus à trouver une photo d'actualité... quelle honte...

    Wlek Sanferlou

    16 h 29, le 30 janvier 2021

  • les dindons de la farce n'arrivent pas a se mettre d'accord. Bien sur que non. Les miracles, c;'est comme le dubonnet blanc,ca n'existe pas.

    SATURNE

    14 h 40, le 30 janvier 2021

  • Vous voulez rire ? 15 députés contre 2.5 ? des ministres irréprochables d'un coté et Sejaan Azzi de l'autre ! un maillage National pour l'un contre seulement un ancrage local pour l'autre. restons sérieux

    Lebinlon

    12 h 50, le 30 janvier 2021

  • 1989, ils n'ont "suivi" m aoun a la tres grande majorite QUE par reaction contre les FL accuses de bcp de choses. les partisans de aoun/jobran restent dans leur majorite dans ce cas. j'espere que des partisans des FL &/ou des kataeb- SI DESENCHANTES- n'iront pas rejoindre le troupeau aouniste.

    gaby sioufi

    11 h 44, le 30 janvier 2021

  • JUSQU'AU LÀ SAMI A RAISON SUR TOUS LES POINTS. IL AVAIT LA VISION CLAIR. IL EST INTÈGRE ET UN VRAI PATRIOTE. LA FAUTE DE GEAGEA EST IMPARDONNABLE, SON FAUX CALCUL NOUS A AMENÉ AOUN PRÉSIDENT. IL N'A PAS FAIT SON MIA CULPA, C'EST VRAI. MAIS IL FAUT PAS OUBLIÉ QUE CELUI QUI NOUS A AMENÉ AU DÉBUT AOUN C'EST BIEN LE PÈRE DE SAMI. IL N'A PAS FAIT SON MIA CULPA NON PLUS. C'EST BIEN AMIN GEMAYEL PRÉSIDENT QUI A VIRÉ LE GÉNÉRAL IBRAHIM TANNOUS LE VRAI PATRIOTE ET L'A REMPLACÉ PAR AOUN À LA TÊTE DE L,ARMÉE ET CELA À LA DEMANDE DE HAFEZ EL ASSAD. DONC ÇA SUFFIT COMME ÇA. IL EST GRAND TEMPS QUE SAMI S'ASSOIE AVEC GEAGEA POUR ESSAYER DE FAIRE QUELQUE CHOSE, SI CE N'EST PAS TROP TARD.

    Gebran Eid

    11 h 13, le 30 janvier 2021

  • Deux BOUCS ( de région différentes ! ) qui se disputent ... No hope

    aliosha

    11 h 04, le 30 janvier 2021

  • Chers responsables de la lecture et la correction des articles .Les erreurs et les fautes d'orthographe ne se comptent plus dans vos articles. Certes l'erreur est humaine , on n'en fait tous :Fautes de frappe ou d'etourderie etc....Mais dans la presse écrite c'est est inadmissible.

    Hitti arlette

    10 h 03, le 30 janvier 2021

  • F.L.ET KATAEBS DEVRAIENT FORMER UN SEUL PARTI EN RETOURNANT A LEURS RACINES. QUI LE PRESIDERA ? QUE TOUS SES MEMBRES Y DECIDENT. LE PETIT GEMAYEL NE PESE PAS BEAUCOUP. GEAGEA EST UN FIN LIMIER. SON PECHE D,AVOIR SOUTENU AOUN POUR LA PRESIDENTIELLE NE PEUT PAS ETRE DISSOUS. MAIS IMAGINONS-NOUS SLEIMANE, L,AUTRE PARAVENT HEZBIOTE, SUR LA MEME CHAISE. PAUVRE LIBAN ET PAUVRES LIBANAIS ! QUELLE MALEDICTION FRAPPE CE PAYS DEPUIS SA NAISSANCE POUR QU,ON ARRIVE AU HEZBOLLAH, AMAL, CPL, F.L. ET KATAEBS ENTRE PARENTHESE AU MOINS CE SONT DEUX PARTIS NATIONAUX, PSP ET AUTRES FRATAS ISSUS DEV L,HEBETUDE QUI CARACTERISE UN BON NOMBRE DE LIBANAIS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    08 h 48, le 30 janvier 2021

  • Bonne analyse et d’ommage qu’une entente, n’ait pas encore eu lieu entre les deux formations. La grande faute commise par les FL est d’avoir fait confiance a Aoun lors des elections presidentielles, alors qu’elles connaissent tres bien son passe’ et ses nombreux retournements de veste. Il a fait sa popularite en ‘’luttant’’ contre l’arme’e syrienne, la milice sectaire arme’e et le wilayat el faqih iranien. Aujourd’hui ces derniers sont ses seuls allie’s !!!. Gemayel a eu raison de se de’marquer des FL sur ce sujet : Il ne fallait pas du tout le choisir pour president. Les FL devraient reconnaitre leur tort et il leur revient de se rapprocher des kataeb qui ont historiquement represente’ la de’fense d’une grande partie de la population libanaise.

    Goraieb Nada

    08 h 22, le 30 janvier 2021

  • Article complètement à partie pris !! Dommage ...

    Bery tus

    06 h 39, le 30 janvier 2021

  • "... Tout le monde a en plus conscience que la chamaillerie a un côté un peu enfantin à un moment où le pays prend l’eau de toutes parts ..." - Tout à fait. Le "un peu" est superflu...

    Gros Gnon

    02 h 20, le 30 janvier 2021

  • Désolé les gars. Les FL actuels, ne sont plus les FL de Bachir. D"ailleurs, on constate bien : Geagea cite rarement ( voire très rarement même ce n'est pas français) le nom de Bachir. Il n'a pas trop Bachir dans son lexique ou ses speechs. Les Kataeb ont plus "Bachir" dans leur sang que Geagea. Puis que nous le voulions ou non: Geagea a commis l'irréparrable en nommant Aoun à la présidence. Il le regrette? il le conteste? Mais c'est essentiellement à cause de ses très mauvais calculs que nous sommes arrivés à cette situation. Samy Gemayel est droit dans ses bottes. Franc, direct et n'a jamais dévié d'un iota dans sa logique, discours et opposition. Le problème est Geagea qui doit revenir à l'essence des FL et de BACHIR. Ce BACHIR qu'il a perdu en cours de route malheureusement ( je ne parle pas de la base des FL qui est jeune , cependant, Bachir vit en elle pourtant )

    radiosatellite.online

    01 h 33, le 30 janvier 2021

Retour en haut