Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Coronavirus au Liban

Diab annonce "le début du compte à rebours" du plan de vaccination


Diab annonce

Le Premier ministre sortant Hassane Diab présidant une réunion au Sérail de Beyrouth, le 27 janvier 2021. Photo Twitter/ présidence du Conseil

Le Premier ministre sortant Hassane Diab a annoncé mercredi "le début du compte à rebours" du plan national de vaccination, "point de départ d'un retour progressif à la normale" lors d'une réunion au Grand sérail de Beyrouth, au moment où le Liban croule sous le poids de la pandémie de coronavirus et a décrété un bouclage total en vigueur entré en vigueur le 14 janvier, jusqu'au 8 février.

"Aujourd'hui démarre le compte à rebours du lancement de la campagne nationale de vaccination contre l'épidémie de coronavirus, (...) ce qui veut dire par là un retour progressif à la vie normale", s'est félicité Hassane Diab. "Cependant, la clé est la formation d'un gouvernement dans la continuité des réformes que nous avons débutées, qui poursuive les négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) et commence à mettre en œuvre le plan économique élaboré par notre gouvernement, avec des changements", a-t-il tempéré, en insistant que "la priorité est de former un gouvernement".

"Nous avons traversé une période très difficile et espérons qu'en vainquant la pandémie, l'activité économique reprendra au Liban. La souffrance du peuple est comprise (...) L'État fournit une aide malgré sa situation financière étroite, l'armée a commencé à distribuer 400 000 LL d'aide à environ 250.000 familles, ce qui n'est, il est vrai, pas suffisant ... celle-ci contribue à alléger leur fardeau", a ensuite annoncé M. Diab. Le Liban est englué dans sa plus grave crise économique avec une dépréciation historique de sa monnaie, une hyperinflation et des licenciements massifs. La moitié de la population vit désormais dans la pauvreté.

Et de mettre en garde : "La pandémie se propage rapidement, et sans le bouclage total, une catastrophe nationale nous attendait. Le bouclage total a enrayé la propagation de l'épidémie, et si les Libanais respectent les mesures de prévention sanitaire, nous pourrons revenir progressivement à la normale et rouvrir le pays. Dans le cas contraire, l'épidémie reviendra à une vitesse record", a-t-il ajouté. "La patience est la clé et nous ne voulons pas que ce bouclage soit sapé par des décisions hâtives. Nous sommes ouverts au débat et nous avons lancé hier une plateforme électronique pour étudier les demandes des établissements qui ont réellement besoin de rouvrir, en plus d'une plateforme électronique pour les passagers arrivants par l'aéroport de Beyrouth", a-t-il conclu. Outre le couvre-feu permanent, le confinement actuel s'accompagne d'une fermeture des commerces. Des exceptions, pour le personnel médical ou les journalistes, et des attestations de sortie sont prévues pour certains déplacements. Les autorités oeuvrent à augmenter le nombre de lits disponibles pour les patients atteints du Covid-19, alors que le secteur hospitalier subit une forte pression, aggravée par les conditions économiques et monétaires du pays.

Le petit pays de six millions d'habitants a recensé jusqu'ici 285.754 cas, dont 2.477 décès.




Le Premier ministre sortant Hassane Diab a annoncé mercredi "le début du compte à rebours" du plan national de vaccination, "point de départ d'un retour progressif à la normale" lors d'une réunion au Grand sérail de Beyrouth, au moment où le Liban croule sous le poids de la pandémie de coronavirus et a décrété un bouclage total en vigueur entré en vigueur le 14 janvier, jusqu'au 8...