Rechercher
Rechercher

Négociations libano-israéliennes

Reprise aujourd’hui du second round sur le tracé de la frontière maritime

Le comité tripartite a tenu une réunion extraordinaire à Ras Naqoura.

Reprise aujourd’hui du second round sur le tracé de la frontière maritime

Un convoi de blindés de la Finul près de Naqoura, au Liban-Sud. Mahmoud Zayyat/Archives AFP

C’est aujourd’hui que les pourparlers libano-israéliens sur le tracé des frontières maritimes communes reprendront au siège de la Force intérimaire des Nations unies (Finul) à Naqoura. Il s’agit du second round des pourparlers placés sous l’égide de l’ONU et organisés avec la médiation de Washington. Lors du premier round, qui s’était déroulé le 14 octobre, le médiateur et facilitateur américain était représenté par le secrétaire d’État adjoint pour le Moyen-Orient David Schenker, et par le diplomate John Desrocher qui a pris depuis la relève, alors que l’ONU était représentée par son coordonnateur spécial au Liban, Jan Kubis.

La délégation israélienne est présidée par le directeur général du ministère de l’Énergie, Udi Adiri. Celle du Liban est conduite par le général Bassam Yassine, chef d’état-major pour les opérations. Elle est composée du colonel Mazen Basbous, qui a occupé le poste d’adjoint du commandant des forces navales, et de deux civils, Wissam Chbat, président sortant du conseil d’administration de l’Autorité de l’énergie (LPA, principalement chargée de suivre le dossier des hydrocarbures offshore) et Nagib Massihi, expert en droit international et spécialiste du dossier des frontières maritimes, connu pour son travail dans le domaine de la cartographie auprès du commandant en chef de l’armée, le général Joseph Aoun.

À la veille de la reprise des discussions libano-israéliennes, le commandant en chef de la Finul, le général Stefano del Col, a présidé une réunion extraordinaire du comité tripartite (Finul, armée libanaise et armée israélienne) à Naqoura, pour discuter de l’état de sécurité le long de la ligne bleue. Selon un communiqué du commandement des Casques bleus, la réunion était restreinte à cause des contraintes liées à l’épidémie de coronavirus.

Les militaires ont discuté « des violations aériennes et terrestres, ainsi que d’autres sujets relevant du mandat de la Finul et en rapport avec la résolution 1701 du Conseil de sécurité », précise le communiqué sans donner davantage de précisions et sans expliquer ce qui a motivé la tenue d’une réunion extraordinaire.

Le général Del Col a « insisté sur l’importance du comité tripartite en tant que mécanisme visant à réduire les tensions, empêcher tout malentendu entre les deux parties (libanaise et israélienne) et trouver des solutions » aux problèmes en suspens. « Nous avons une opportunité unique pour effectuer des progrès substantiels sur des sujets qui font l’objet de contentieux le long de la ligne bleue », a affirmé le général italien qui a demandé aux représentants des deux armées libanaise et israélienne, d’aller « au-delà du maintien de ce que nous avons déjà décidé et d’achever le travail sur les points en suspens, conformément à la résolution 2539 du Conseil de sécurité », en vertu de laquelle le mandat de la Finul avait été prolongé jusqu’au 31 août 2021.

Stefano del Col a enfin salué les deux parties « pour le rôle constructif sur le plan de la désescalade le long de la ligne bleue ». « La poursuite de cette dynamique positive facilitera grandement l’engagement des parties sur les points en suspens », a-t-il ajouté.


C’est aujourd’hui que les pourparlers libano-israéliens sur le tracé des frontières maritimes communes reprendront au siège de la Force intérimaire des Nations unies (Finul) à Naqoura. Il s’agit du second round des pourparlers placés sous l’égide de l’ONU et organisés avec la médiation de Washington. Lors du premier round, qui s’était déroulé le 14 octobre, le...

commentaires (0)

Commentaires (0)