Rechercher
Rechercher

Entretien

Christophe Massoni au Liban pour apporter le soutien de Cartier

Les marques de luxe ont de tout temps exercé une philanthropie discrète, soucieuses de « rendre à la société » et de participer à la création d’un environnement propice à leur épanouissement. PDG de Cartier Moyen-Orient-Inde-Afrique, Christophe Massoni est de passage à Beyrouth pour apporter la contribution de la maison joaillière à la reconstruction post-explosion. Il a répondu à nos questions.

Christophe Massoni au Liban pour apporter le soutien de Cartier

Christophe Massoni, PDG de Cartier MEIA. Photo DR

Ce n’est pas la première fois que Cartier intervient au Liban dans le contexte d’une opération humanitaire, sa mission de prédilection étant la femme et l’enfance en difficulté.

À travers sa fondation indépendante, Cartier Philanthropie, Cartier a choisi de soutenir l’ONG suisse Medair, créée en 1989 pour apporter une aide d’urgence et de reconstruction dans les domaines de la santé et de la nutrition, de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène, ainsi que du logement et des infrastructures partout où s’impose son action. Aujourd’hui mobilisée pour Beyrouth, après la tragique double explosion du port, Medair se focalise avec ses employés et ses bénévoles sur les réparations qui vont permettre aux personnes les plus touchées d’être à l’abri des intempéries et du froid, et sur la santé mentale des plus vulnérables.

Les bénévoles de Medair sur le terrain, à Beyrouth. Photo DR

En tant que PDG de Cartier MEIA, comment avez-vous vécu l’explosion à Beyrouth ?

C’était un grand choc pour tout le monde. J’étais à Miami quand j’ai appris la nouvelle. Toutes les images que je voyais dans les médias m’ont beaucoup attristé. J’étais bouleversé de voir les habitants de Beyrouth perdre leurs proches, leur domicile et leur ville bien-aimée. La sécurité de nos collaborateurs et de nos partenaires est notre priorité absolue. De ce fait, nous avons immédiatement contacté notre équipe à Beyrouth pour nous assurer que tout le monde était sain et sauf et offrir notre soutien.

Quels dégâts a subis la boutique à Beyrouth ? Y avait-il des victimes parmi les membres de votre équipe ?

Comme tout le monde à Beyrouth, nous avons subi des dégâts. Notre boutique dans le centre-ville a été gravement endommagée par l’explosion. Les vitrines ont été complètement brisées et l’intérieur détruit. Le plus important, toutefois, est la sécurité de nos collaborateurs en boutique qui, heureusement, étaient sains et saufs. Seuls deux d’entre eux ont été légèrement blessés et sont désormais rétablis.

Ce n’est pas la première fois que Cartier intervient à Beyrouth dans le cadre de son engagement en faveur des femmes et de l’enfance. Le PDG de Cartier, Cyrille Vigneron, s’est rendu dans cette ville l’année dernière pour soutenir le centre d’éducation Janah géré par l’IECD (Institut européen de coopération et de développement). Pourquoi avoir choisi Medair en particulier ?

Tout à fait. Cartier s’est toujours engagé à soutenir les plus vulnérables, notamment les femmes et les enfants du monde entier, mais aussi dans la région au Liban et en Jordanie. Depuis sa création en 2012, Cartier Philanthropy a donné 65 millions de francs suisses à plus de 40 organisations à but non lucratif qui luttent contre les problèmes sociaux les plus graves. L’intervention d’urgence en cas de catastrophe est l’un des principaux piliers de cette fondation. Depuis l’explosion à Beyrouth, nous étudions donc différentes options pour identifier quelle organisation soutenir. Medair correspond parfaitement à la mission de la fondation, qui est d’améliorer les conditions de vie des moins privilégiés avec une incidence considérable et durable. Medair est une ONG suisse active au Liban depuis 2012. Comme toutes les organisations avec lesquelles nous travaillons, Medair a été choisie pour son expertise, mais aussi pour sa capacité à satisfaire les besoins immédiats des personnes les plus affectées et assurer une reconstruction à long terme.Les bénévoles de Medair sur le terrain, à Beyrouth. Photo DR

Comment la contribution de Cartier aidera-t-elle Medair au Liban ?

Nous soutenons les efforts de réparation de l’organisation, qui s’assure que les personnes les plus touchées par l’explosion ont accès à des logements et des services de santé essentiels. Au cours des prochains mois, Medair restaurera les immeubles résidentiels et les infrastructures publiques ayant subi des dégâts, tout en tenant compte de l’évolution constante des besoins, grâce à son expertise en matière de logement et son étroite collaboration avec d’autres acteurs humanitaires. La contribution de Cartier aidera Medair à fournir une assistance d’urgence à près de 11 000 personnes touchées et délogées par la catastrophe. Les explosions ont aussi considérablement traumatisé des milliers de personnes. Les populations vulnérables, notamment les femmes, les enfants et les personnes âgées, sont parmi les plus touchées. Medair apportera également un soutien essentiel pour la santé mentale des personnes affectées.

L’ONG Medair s’attache à restaurer un certain nombre d’immeubles résidentiels et d’infrastructures publiques. Sait-on déjà de quels bâtiments il s’agit ? La Maison Cartier sera-t-elle directement impliquée dans le projet (étude de l’architecture, choix des immeubles, définition des priorités) ou sa contribution sera-t-elle uniquement financière ?

Dans un premier temps, il est essentiel d’aider les familles qui ont besoin d’un logement. Il est donc nécessaire d’évaluer les conditions des habitations pour apporter le soutien adéquat et restaurer celles qui le requièrent afin que les personnes touchées puissent regagner leur domicile. Pour l’heure, je ne suis pas en mesure de vous indiquer quels bâtiments seront ciblés en priorité, mais notre objectif est d’aider à restaurer aussi bien les centres médicaux et les écoles que les immeubles résidentiels. Le rôle de Cartier Philanthropy est d’identifier les acteurs capables d’apporter la réponse appropriée dans le secteur. Nous leur accordons le financement nécessaire et laissons les professionnels intervenir en s’appuyant sur leur expertise. Aujourd’hui, les besoins sont immenses. Nous avons choisi de soutenir en priorité les familles les plus démunies.

Les bénévoles de Medair sur le terrain, à Beyrouth. Photo DR

Quels sont les prochains projets de Cartier à Beyrouth ?

Nous discutons actuellement avec nos partenaires afin de voir comment reprendre notre activité dans un avenir proche. Nous voulons nous assurer que nos équipes retourneront bientôt travailler dans des conditions aussi durables que possible. Je suis à Beyrouth aujourd’hui pour évaluer la situation, décider de la meilleure direction à prendre, rencontrer Medair et voir son travail sur le terrain.


Rq : cet article a été modifié le 21/10/2020 en raison de précisions apportées par Cartier


Ce n’est pas la première fois que Cartier intervient au Liban dans le contexte d’une opération humanitaire, sa mission de prédilection étant la femme et l’enfance en difficulté.

À travers sa fondation indépendante, Cartier Philanthropie, Cartier a choisi de soutenir l’ONG suisse Medair, créée en 1989 pour apporter une aide d’urgence et de reconstruction dans les...

commentaires (0)

Commentaires (0)