Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Diplomatie

Israël et les Émirats arabes unis dans une dynamique de paix chaude

À l’occasion d’une visite historique, une délégation émiratie s’est rendue hier à Tel-Aviv pour signer différents accords de coopération.

Israël et les Émirats arabes unis dans une dynamique de paix chaude

L’avion de la compagnie nationale émiratie Etihad Airways transportant la délégation des Émirats arabes unis à l’occasion de sa visite historique en Israël a atterri hier à l’aéroport de Tel-Aviv Ben-Gourion. Jack Guez/AFP

Un vol historique pour marquer la nouvelle ère qui s’ouvre dans la région. Hier, une délégation émiratie a atterri à l’aéroport de Tel-Aviv Ben-Gourion, un mois après la normalisation le 15 septembre des liens entre l’État hébreu, les Émirats arabes unis et Bahreïn, sous la houlette des États-Unis. Les officiels émiratis étaient accompagnés de responsables américains, dont le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin. « Nous écrivons l’histoire d’une manière qui durera des générations », a déclaré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui a accueilli la délégation à son arrivée. Les ministres des Affaires étrangères, Gabi Ashkenazi, et des Finances, Israel Katz, étaient également présents. La visite a duré cinq heures, mais a été limitée aux abords de l’aéroport Ben-Gourion en raison des restrictions liées au coronavirus, ont précisé les organisateurs israéliens.

Au-delà du symbole, il s’agit pour les EAU et l’État hébreu de graver l’accord d’Abraham dans le marbre, le texte ayant été ratifié lundi par les Émirats et la semaine dernière par Israël. Alors que leurs relations s’inscrivent dans le cadre d’une hostilité commune face à l’Iran, ce voyage doit paver la voie à différents accords de coopération. « Ensemble, les EAU et Israël seront mieux préparés à affronter les menaces malveillantes du régime iranien, celles de ses proxies et d’autres groupes extrémistes », avait déclaré la veille Steven Mnuchin, arrivé à Abou Dhabi depuis Manama en compagnie d’une délégation israélienne pour participer au premier sommet des affaires de l’accord d’Abraham. Des hommes d’affaires israéliens s’étaient déjà rendus à Dubaï en septembre, peu avant la normalisation, en vue d’établir des premiers contacts publics avec leurs homologues émiratis.

Lire aussi

Armes, surveillance, technologies : la face cachée des liens entre Israël et les pays du Golfe

« Je pense que la visite d’une délégation des EAU de cette importance (…) montrera à nos peuples, à la région et au monde entier l’intérêt d’échanges amicaux, pacifiques et normaux », a insisté hier Benjamin Netanyahu. Conduit par le ministre émirati de l’Économie Abdoullah ben Touq al-Mari et le ministre d’État émirati aux Affaires financières Obaïd Houmaid al-Tayer, ce déplacement devrait précéder une rencontre prochaine entre le Premier ministre israélien et le prince héritier d’Abou Dhabi, Mohammad ben Zayed, avait-il laissé entendre la semaine dernière.

Opportunités économiques

Quatre accords ont été signés hier pour la protection des investissements, la coopération dans le domaine de la science et des technologies, la facilitation de l’aviation civile et l’exemption de visas pour les nationaux israéliens et émiratis, une initiative inédite entre l’État hébreu et un pays arabe. Alors que les économies israéliennes et émiraties ont largement souffert cette année des retombées liées à la pandémie de Covid-19, les deux pays comptent saisir de nouvelles opportunités en tablant sur le tourisme et l’augmentation des échanges. En ce sens, un groupe de professionnels israéliens du tourisme s’est rendu lundi aux Émirats à bord d’un avion de la compagnie nationale émiratie Etihad Airways.

Un fonds commun entre les États-Unis, Israël et les EAU a également été créé avec un capital initial de 3 milliards de dollars en vue d’encourager les investissements au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Un financement en vue de la modernisation des points de contrôle israéliens pour les Palestiniens a aussi été envisagé par le directeur de l’agence publique américaine pour le financement du développement international, Adam Boehler.

Lire aussi

Bahreïn et Israël formalisent la normalisation de leurs relations

Ces initiatives ont suscité la colère du côté palestinien, alors que les EAU se démarquent de l’Initiative de paix arabe de 2002, qui conditionne toute normalisation avec l’État hébreu à la création d’un État palestinien dans les frontières de 1967, avec Jérusalem-Est pour capitale. « Les accords bilatéraux qui ont été annoncés aujourd’hui (hier) et les délégations qui vont et viennent, tout cela offre à l’occupation une force pour intensifier son agression et ses crimes contre le peuple palestinien et accroître son intransigeance et son arrogance », a fustigé hier Wassel Abou Youssef, membre de la direction de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), dans un discours à Ramallah.


Un vol historique pour marquer la nouvelle ère qui s’ouvre dans la région. Hier, une délégation émiratie a atterri à l’aéroport de Tel-Aviv Ben-Gourion, un mois après la normalisation le 15 septembre des liens entre l’État hébreu, les Émirats arabes unis et Bahreïn, sous la houlette des États-Unis. Les officiels émiratis étaient accompagnés de responsables américains, dont...

commentaires (2)

B R A V O Et Mille Bravos

radiosatellite.online

09 h 18, le 22 octobre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • B R A V O Et Mille Bravos

    radiosatellite.online

    09 h 18, le 22 octobre 2020

  • A quand l'exemption de visas pour les arabes à destination d'un autre pays arabe?

    MGMTR

    14 h 53, le 21 octobre 2020

Retour en haut