Rechercher
Rechercher

Liban

Hommages au général Wissam el-Hassan, assassiné il y a huit ans

L'élimination du chef des renseignements des FSI "visait à venger son rôle dans le dévoilement des assassinats organisés et des plans d’attentats qui avaient visé" le pays, souligne Saad Hariri.

Hommages au général Wissam el-Hassan, assassiné il y a huit ans

Le général Wissam el-Hassan. Photo d'archives L'OLJ

Plusieurs personnalités politiques ont salué lundi la mémoire du général Wissam el-Hassan, tué en octobre 2012 dans un attentat à la voiture piégée, alors qu'il était chef des services de renseignements des Forces de sécurité intérieure (FSI). A ce titre, il dirigeait la partie libanaise dans l'enquête sur l'assassinat de Rafic Hariri. Au moment de l'assassinat du père de Saad Hariri le 14 février 2005, le général el-Hassan était le chef de sa sécurité mais il ne se trouvait pas avec lui le jour de l'attentat. L'explosion qui a tué Wissam el-Hassan dans une rue d'Achrafieh avait également coûté la vie à plusieurs personnes présentes sur les lieux.

"Il y a huit ans, jour pour jour, un pilier majeur de la stabilité sécuritaire au Liban, le général Wissam el-Hassan, était assassiné. Il avait consacré sa vie à la protection du Liban et des Libanais (...) Son assassinat visait à venger son rôle dans le dévoilement des assassinats organisés et des plans d’attentats qui visaient le Liban", a écrit le leader du courant du Futur, l'ex-Premier ministre Saad Hariri, dans une série de tweets sur son compte personnel.

"Nous n'accepterons pas que les sacrifices finissent en pure perte", a écrit de son côté le chef des Forces libanaises Samir Geagea, en hommage à Wissam el-Hassan.

Le ministre sortant de l'Intérieur, Mohammad Fahmi, a également rendu hommage à son "compagnon d'armes". "En ce huitième anniversaire, salutations au compagnon d'armes Wissam el-Hassan qui a fondé une agence sécuritaire dont les réalisations ont surpassé celles des autres agences sécuritaires dans le monde, a écrit M. Fahmi. On ne reconnaît la valeur d'une personne qu'après sa disparition. Vous nous manquez en ces temps difficiles", a-t-il ajouté.

Plusieurs personnalités politiques ont salué lundi la mémoire du général Wissam el-Hassan, tué en octobre 2012 dans un attentat à la voiture piégée, alors qu'il était chef des services de renseignements des Forces de sécurité intérieure (FSI). A ce titre, il dirigeait la partie libanaise dans l'enquête sur l'assassinat de Rafic Hariri. Au moment de l'assassinat du père...

commentaires (2)

Ils n'ont pas pu le tuer en 2005 ils ont attendu 7 ans 2012 de l'exécuter dans un quartier chrétien Achrafieh

Eleni Caridopoulou

17 h 00, le 19 octobre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Ils n'ont pas pu le tuer en 2005 ils ont attendu 7 ans 2012 de l'exécuter dans un quartier chrétien Achrafieh

    Eleni Caridopoulou

    17 h 00, le 19 octobre 2020

  • Tout le monde condamne l'attentat, mais, pas question de condamner les auteurs, ni même de seulement les nommer, alors qu'ils sont parfaitement connus.

    Yves Prevost

    15 h 52, le 19 octobre 2020