Rechercher
Rechercher

Société

Affaire Farah Kassab : la juge demande l’arrestation des personnes impliquées

La procureure générale près la cour d’appel du Mont-Liban, Ghada Aoun, a réclamé hier l’arrestation de toutes les personnes suspectées d’être impliquées dans l’affaire de la mort de Farah Kassab, une ressortissante jordanienne décédée en mai 2017 au Liban après une opération de chirurgie esthétique.

Toutefois, selon certains médias, le juge d’instruction aurait décidé de laisser le chirurgien Nader Saab, qui avait réalisé l’opération à la suite de laquelle Mme Kassab était décédée, en liberté contre le versement d’une caution de 100 millions de livres libanaises. Les autres personnes impliquées auraient été assignées à domicile. Cette décision peut faire l’objet d’un appel.

En 2017, Farah Kassab, 33 ans, avait subi trois interventions chirurgicales simultanées à la clinique de Nader Saab, à Naccache, avant de décéder quelques heures plus tard. Les circonstances de sa mort restent confuses, mais plusieurs médias avaient évoqué une erreur médicale de la part du chirurgien plasticien, poursuivi en justice depuis août 2017 ainsi que trois autres personnes, dont un anesthésiste.



La procureure générale près la cour d’appel du Mont-Liban, Ghada Aoun, a réclamé hier l’arrestation de toutes les personnes suspectées d’être impliquées dans l’affaire de la mort de Farah Kassab, une ressortissante jordanienne décédée en mai 2017 au Liban après une opération de chirurgie esthétique.

Toutefois, selon certains médias, le juge d’instruction aurait...

commentaires (0)

Commentaires (0)