Rechercher
Rechercher

Liban

Ferzli : La loi d'amnistie générale incluse à l'ordre du jour d'une séance parlementaire la semaine prochaine

Ferzli : La loi d'amnistie générale incluse à l'ordre du jour d'une séance parlementaire la semaine prochaine

Le vice-président de la Chambre, Elie Ferzli, à Aïn el-Tiné, le 23 septembre 2020. Photo Hassan Ibrahim / Parlement libanais

Le vice-président de la Chambre, Elie Ferzli, a annoncé mercredi qu'un projet de loi d'amnistie générale serait discuté par l'Assemblée lors d'une séance prévue mercredi et jeudi prochains, alors qu'une telle loi est réclamée par des proches de détenus qui craignent la propagation du coronavirus dans les prisons du pays. 

"Nous avons discuté de l'ordre du jour de la séance parlementaire que nous avons l'intention de tenir mercredi et jeudi prochain", a souligné M. Ferzli à l'issue d'une réunion du Bureau de la Chambre présidée par le chef du Parlement, Nabih Berry. Les participants à cette réunion ont notamment évoqué les propositions et projets de loi assortis du caractère de double urgence qui doivent être adoptés "avec une attention particulière aux textes liés aux explosions du port", du 4 août et à ses répercussions. 

La loi d'amnistie générale sera également intégrée à l'ordre du jour, a annoncé le député, qui a souligné l'importance d'un tel texte face aux "dangers menaçant les prisons", notamment celui de la propagation du coronavirus. Les commentaires des blocs parlementaires concernant cette loi, qui fait polémique entre les différentes formations politiques, "feront l'objet d'un débat de l'Assemblée", a souligné M. Ferzli. 

Parallèlement à cette réunion à Aïn el-Tiné, des proches de détenus ont manifesté dans le secteur afin de réclamer l'adoption d'une loi d'amnistie générale, affirmant "placer leur revendication dans les mains du chef du Législatif". Les proches de détenus réclament depuis dix jours une amnistie générale alors que le coronavirus se propage rapidement au sein de la prison de Roumieh, la plus grande du Liban. Cet établissement pénitentiaire souffre de surpopulation carcérale et accueille trois fois plus de détenus que sa capacité normale. Les prisonniers avaient menacé d'une mutinerie si l'amnistie générale ne voyait pas le jour.

La loi d'amnistie a fait ces derniers mois l'objet de nombreuses propositions des différents blocs, qui ont été amendées à plusieurs reprises, avant d'être chaque fois rejetées par l'Assemblée ou renvoyées en commission ou sous-commission. Fin mai, le Parlement n'était toujours pas parvenu à adopter ce texte qui déchire les différentes formations politiques au sujet des différents crimes qui peuvent bénéficier de cette amnistie et qui est réclamé depuis des années par les proches de détenus islamistes. 


Le vice-président de la Chambre, Elie Ferzli, a annoncé mercredi qu'un projet de loi d'amnistie générale serait discuté par l'Assemblée lors d'une séance prévue mercredi et jeudi prochains, alors qu'une telle loi est réclamée par des proches de détenus qui craignent la propagation du coronavirus dans les prisons du pays. 

"Nous avons discuté de l'ordre du jour de la...