Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Combats à Tarik Jdidé

Le mufti Deriane dénonce "des combats fratricides"


Le mufti Deriane dénonce

Le mufti de la République, le cheikh Abel Latif Deriane (d), s'entretenant avec le ministre sortant de l'Intérieur Mohamed Fahmi, le 8 septembre 2020 à Dar el-Fatwa. Photo Ani

Le mufti de la République, le cheikh Abdellatif Deriane, a dénoncé mardi "les combats fratricides", alors que des accrochages armés se sont produits lundi soir entre des habitants du quartier sunnite de Tarik Jdidé, faisant un mort et deux blessés.

Le dignitaire sunnite, qui s'est entretenu à Dar el-Fatwa avec le ministre sortant de l'Intérieur, Mohammad Fahmi, a fustigé "les combats fratricides à Tarik Jdidé", appelant les citoyens à la "vigilance et la sagesse, et à ne pas se laisser entraîner vers la sédition". "Les différends ne se règlent pas par les armes, mais par le dialogue qui apaise les esprits (...)", a affirmé le mufti. "Assez de luttes intestines (...). La nation ne peut perdurer à l'ombre des armes illégales dans toutes les régions (...)", a-t-il ajouté.

Pour sa part, Mohamed Fahmi a affirmé que "le phénomène des émeutes armées qui se produit de temps à autre dans certaines régions libanaises, notamment ce qui s'est passé à Tarik Jdidé, est inacceptable." Il a signalé que ""les forces de sécurité œuvrent à y remédier instantanément, dans la limite des capacités dont elles disposent, et à protéger toute personne dont la sécurité a été menacée". "Les gens en ont assez de voir des innocents être victimes de rivalités entre individus qui se cachent derrière leurs armes", a fustigé le ministre sortant. "L'armée libanaise et les Forces de sécurité intérieure assument leur responsabilité afin d'arrêter les fauteurs de troubles et d'empêcher toute violence".

La visite de Mohamed Fahmi intervient après une série d'incidents sécuritaires qui ont eu lieu ces dernières semaines sur le territoire libanais. Selon la chaîne locale LBCI, ces affrontements font suite à une rixe entre deux familles qui avait débuté dimanche soir. Tarik Jdidé est l'un des fiefs de l'ex-Premier ministre et chef du courant du Futur Saad Hariri. Un échange de tirs à Tripoli, lundi soir, a également eu lieu, alors que dans la Békaa, un accrochage armé, vraisemblablement sur fond de vendetta, a fait un mort.


Le mufti de la République, le cheikh Abdellatif Deriane, a dénoncé mardi "les combats fratricides", alors que des accrochages armés se sont produits lundi soir entre des habitants du quartier sunnite de Tarik Jdidé, faisant un mort et deux blessés.Le dignitaire sunnite, qui s'est entretenu à Dar el-Fatwa avec le ministre sortant de l'Intérieur, Mohammad Fahmi, a fustigé "les combats...