Rechercher
Rechercher

Liban

Pas de nitrate d'ammonium dans la centrale de Zouk, assure Ghajar

Pas de nitrate d'ammonium dans la centrale de Zouk, assure Ghajar

Le président libanais Michel Aoun s'entretenant avec le ministre de l'Energie, Raymond Ghajar. Photo d'archives Ani

Le ministre démissionnaire de l’Énergie, Raymond Ghajar, a assuré jeudi qu'il n'y avait pas de nitrate d'ammonium, dont l'explosion d'un stock de 2750 tonnes semble être à l'origine de la double explosion du port de Beyrouth qui a ravagé plusieurs quartiers de la capitale, dans la centrale électrique de Zouk (Kesrouan).

"Les services de renseignement ont examiné les matières présentes dans la centrale de Zouk. Il n'y a pas de nitrate d'ammonium. Les matières présentes sont non-explosives et non dangereuses", a déclaré M. Ghajar à l'issue d'un entretien avec le président Michel Aoun à Baabda.

Mardi, Electricité du Liban (EDL) avait reconnu que de grandes quantités de matières chimiques, potentiellement dangereuses, parfois périmées, sont stockées sans aucune mesure de précaution dans la centrale vétuste, tout en se voulant rassurant. Lundi déjà, des matières dangereuses retrouvées à Zouk avaient été évacuées par la branche des renseignements des Forces de sécurité intérieure (FSI), sur ordre du procureur général Ghassan Oueidate. Elles devraient être neutralisées dans une zone isolée sur les hauteurs du Mont-Liban.

Tout ceci intervient après l'explosion le 4 août au port de Beyrouth dans un hangar contenant 2.750 tonnes de nitrate d'ammonium, stockées depuis plusieurs années "sans mesures de précaution", de l'aveu même du Premier ministre, aujourd'hui démissionnaire, Hassane Diab. A la suite de cette catastrophe, les Libanais craignent que d'autres stocks de produits chimiques sur le territoire ne provoquent des explosions similaires.

Par ailleurs, le chef de l'Etat a demandé au ministre démissionnaire de l’Énergie d'assurer l'alimentation du pays en essence et en mazout, ainsi que la livraison de carburant aux centrales électriques, alors que le Liban vit depuis plusieurs semaines dans l'inquiétude persistante concernant son approvisionnement en carburant pour des raisons essentiellement liées à la crise économique et financière.

En outre, le président Aoun a également demandé à la ministre des Déplacés, Ghada Chreim, elle aussi reçue à Baabda, de continuer à suivre le dossier des Déplacés durant la période d'expédition des affaires courantes jusqu'à la formation d'un nouveau gouvernement.

Lundi, le Premier ministre sortant Hassane Diab avait présenté sa démission de son cabinet, six jours après la double explosion du port de Beyrouth qui a ravagé plusieurs quartiers de la capitale, qui a fait selon un dernier bilan officiel encore provisoire 171 morts et plus de 6.500 blessés.


Le ministre démissionnaire de l’Énergie, Raymond Ghajar, a assuré jeudi qu'il n'y avait pas de nitrate d'ammonium, dont l'explosion d'un stock de 2750 tonnes semble être à l'origine de la double explosion du port de Beyrouth qui a ravagé plusieurs quartiers de la capitale, dans la centrale électrique de Zouk (Kesrouan).

"Les services de renseignement ont examiné les...