Rechercher
Rechercher

Diplomatie

La communauté internationale n’abandonnera pas le Liban

La solidarité internationale ne se dément pas au lendemain de la conférence du 9 août qui a généré 253 millions d’euros.

La communauté internationale n’abandonnera pas le Liban

La visioconférence de suivi, hier à l’ONU. En bas, à droite, l’ambassadrice Amal Mudallali, la représentante du Liban à l’ONU. Photo S.Z.

La communauté internationale n’abandonnera pas le Liban. C’est le sentiment général qui prévaut à l’ONU, où s’est tenue hier une importante réunion virtuelle d’information et de suivi, au lendemain de la « Conférence internationale d’urgence de soutien et d’appui à Beyrouth et au peuple libanais » organisée dimanche à l’initiative du président français Emmanuel Macron.

« La réponse humanitaire a été rapide et de grande envergure. Ce n’est que la première des trois phases que comprendra la réponse », a souligné à ce sujet Mark Lowcock, secrétaire général adjoint chargé des affaires humanitaires et coordinateur des secours d’urgence (OCHA), qui a organisé la conférence de suivi. « La seconde – le relèvement et la reconstruction – coûtera des milliards de dollars et nécessitera un mélange de financements publics et privés. La troisième phase consistera à répondre à la crise socio-économique du Liban qui est déjà exacerbée par le Covid-19 », précise-t-il. La réunion de suivi s’est déroulée en présence du secrétaire général de l’ONU, du président de l’Assemblée générale, de la représentante du Liban auprès de l’ONU, Amal Mudallali, du directeur exécutif du Programme alimentaire mondial (PAM), de la coordinatrice spéciale ajointe des Nations unies et coordinatrice humanitaire pour le Liban, Najat Rochdi, de la représentante permanente adjointe de la France après de l’ONU, Anne Gueguen, ainsi que des représentants de la Ligue arabe, de l’Union européenne, du Comité de la Croix-Rouge internationale (CICR), et de représentants de 35 pays.

« Solidarité totale : Le Liban n’est pas seul »

« Je tiens à exprimer ma solidarité totale avec le peuple libanais à la suite de l’horrible explosion qui a détruit le port de Beyrouth mardi dernier », a relevé avec émotion le secrétaire général de l’ONU, Antonió Guterres, en début de réunion. Il a « appelé à un appui international solide pour toutes les personnes dans le besoin au Liban, en particulier les femmes et les filles qui sont les plus vulnérables en temps de crise ». M. Guterres a remercié les pays qui fournissent déjà une aide financière, matérielle et spécialisée, et a exhorté les donateurs « à donner rapidement et généreusement ». Le secrétaire général des Nations unies a réclamé par ailleurs qu’une enquête crédible et transparente détermine la cause de l’explosion et aboutisse à la responsabilité exigée par le peuple libanais.

Amal Mudallali : Aide humanitaire et reconstruction du port

En l’absence du ministre libanais des Affaires étrangères, c’est la représentante du Liban à l’ONU, Amal Mudallali, qui a transmis les remerciements de son pays pour l’aide humanitaire fournie. « Nous vous serons toujours reconnaissants d’avoir été à nos côtés en ce moment difficile », a-t-elle dit, citant tour à tour le secrétaire général de l’ONU, les agences de l’organisation internationale, les pays arabes donateurs, la France, le président Macron et nos amis du monde entier (…). « Le Liban n’oubliera jamais » , a assuré l’ambassadrice. Mme Mudallali a ensuite énoncé les besoins urgents du pays dans les domaines humanitaire, médical, alimentaire, éducatif et en matériaux de construction. Elle a souligné combien la reconstruction du port de Beyrouth est « une priorité absolue pour l’économie et pour le pays ».

La France aux côtés du Liban

« La catastrophe est énorme. Le sentiment de perte et même d’incrédulité est profond », a relevé à son tour l’ambassadrice Anne Gueguen qui s’exprimait au nom de la France. « Mettons en œuvre l’initiative du président Macron, avec qui l’ONU a organisé hier la Conférence internationale sur le soutien à Beyrouth et au peuple libanais, qui a généré un appui financier indispensable au Liban. » Cet appui s’est élevé à 253 millions d’euros.

« Le Liban n’est pas seul, a-t-elle déclaré. L’ONU se joindra au Liban pour l’aider à atténuer les souffrances immédiates et soutenir son rétablissement. » L’ambassadrice a conclu qu’« il est également important que des réformes soient mises en œuvre de manière à répondre aux besoins des Libanais pour le long terme ».


La communauté internationale n’abandonnera pas le Liban. C’est le sentiment général qui prévaut à l’ONU, où s’est tenue hier une importante réunion virtuelle d’information et de suivi, au lendemain de la « Conférence internationale d’urgence de soutien et d’appui à Beyrouth et au peuple libanais » organisée dimanche à l’initiative du président français...

commentaires (5)

LE CONSEIL DE SECURITE DE L,ONU DOIT NOMMER ET IMPOSER UN GOUVERNEMENT PROVISOIRE AU LIBAN QUI S,OCCUPERA DES CHANGEMENTS REQUIS ET DE LA PREPARATION DE LEGISLATIVES APRES AVOIR ABOLI LES MILICES ET CONFISQUE LEURS ARMES AU PROFIT DE L,ARMEE NATIONALE. ALORS BM, FMI, DONATEURS ET INVESTISSEURS Y AURONT CONFIANCE ET AIDERONT.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

17 h 11, le 11 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • LE CONSEIL DE SECURITE DE L,ONU DOIT NOMMER ET IMPOSER UN GOUVERNEMENT PROVISOIRE AU LIBAN QUI S,OCCUPERA DES CHANGEMENTS REQUIS ET DE LA PREPARATION DE LEGISLATIVES APRES AVOIR ABOLI LES MILICES ET CONFISQUE LEURS ARMES AU PROFIT DE L,ARMEE NATIONALE. ALORS BM, FMI, DONATEURS ET INVESTISSEURS Y AURONT CONFIANCE ET AIDERONT.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    17 h 11, le 11 août 2020

  • On verra. Mais l histoire nous a appris que dans les périodes difficiles , nous étions seuls au monde ,et ce depuis 1975 “Écoutez La respiration de la mémoire” disait Nadia Tueni

    Robert Moumdjian

    14 h 43, le 11 août 2020

  • LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE PEUT BEAUCOUP POUR LE LIBAN SI ELLE SORTAIT DE SA NAÏVETÉ. LE PRÉSIDENT MACRON APPELLE À UNE UNION NATIONALE. COMMENT CETTE UNION PEUT AVOIR LIEU LORSQUE UN DE SES ACTEURS EST ARMÉ JUSQU’AU DENTS ET MENACE DE DÉCLENCHER UNE GUERRE CIVILE ET UTILISER SES ARMES CONTRES LES CITOYENS SI ON NE CEDAIT PAS À TOUS SES CAPRICES? QU’ON NOUS EXPLIQUE COMMENT SORTIR DE CE LABYRINTHE INFERNAL? NOUS LES REMERCIONS TOUS DES EFFORTS QU’ILS FONT POUR SAUVER NOTRE PAYS MAIS IL FAUT COMMENCER PAR LE COMMENCEMENT. DÉSARMER CE PARTI DU HB POUR QU’ENFIN TOUS LES PARTICIPANTS À L’UNION NATIONALE SOIENT ÉGAUX. ON NE PEUT PAS ALLER LEUR SERRER LA MAIN ET DIRE QUE NOUS APPUYONS LES CITOYENS SOUFFRANTS LORSQUE QUE LEURS SOUFFRANCES PROVIENNENT DE CES ACTEURS VENDUS À QUI ON DONNE UN RÔLE ET LA POSSIBILITE DE PARTICIPER DANS LA RECONSTRUCTION DU PAYS ALORS QU’ON SAIT PERTINEMMENT QU’ILS NE SONT LÀ QUE POUR DÉTOURNER LES AIDES, REFUSER TOUTE SOLUTION DANS LE BUT DE LE DÉTRUIRE. EST CE DE LA NAÏVETÉ OU UNE MÉCONNAISSANCE DU MONDE PERNICIEUX ET ROUBLARD DES HOMMES AU POUVOIR DE NOTRE PAYS?

    Sissi zayyat

    14 h 13, le 11 août 2020

  • DEJA MAL PARTIE LA COMMUNAUTE ICI AU LIBAN. POURQUOI DONC ? POURQUOI CE NEGATIVISME DIRIEZ VOUS ? REFLECHISSEZ BIEN : SES REUNIONS AVEC LES 3 PRINCES, ET LES QQS AUTRES MAFIEUX -SURTOUT LE NEO PERSAN RAAD ? BEN IL LEUR A DONNE UNE NOUVELLE LEGITIMITE , NON IL A CONFIRME LEUR LEGITIMITE ALORS QUE NOUS LES REJETONS TOUS. SIMPLEMENT CA !

    gaby sioufi

    10 h 47, le 11 août 2020

  • LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE MOINS L,IRAN N,ABANDONNERA PAS LE LIBAN QU,ELLE VEUT REVOIR LIBRE ET DEMOCRATIQUE SANS MILICES ETRANGERES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 26, le 11 août 2020