Rechercher
Rechercher

Lifestyle

Au Canada, une bière bien mal nommée

Une brasserie de la province canadienne d’Alberta a présenté des excuses pour avoir baptisé une de ses bières d’un nom maori voulant dire « poils pubiens », et non « plume » comme elle le croyait, selon la chaîne CBC. La brasserie albertaine Hell’s Basement (le sous-sol de l’enfer) a mis en vente il y a deux ans une bière appelée Huruhuru – The Feather (Huruhuru – la plume), brassée avec des houblons de Nouvelle-Zélande, censés lui donner de la légèreté et un petit goût d’agrumes idéal pour l’été, selon ses concepteurs. Mais au début de la semaine, Te Hamua Nikora, un Maori, a expliqué sur Facebook que dans la langue utilisée par les Maoris, la population autochtone de Nouvelle-Zélande, le mot Huruhuru ne voulait pas dire plume, mais plutôt poils pubiens, soulignant qu’il aurait été « prudent et respectueux » de consulter un expert du te reo maori, la langue des Maoris. Le patron de la brasserie, Mike Patriquin, a indiqué dans un message à la CBC qu’il n’avait pas l’intention « de s’approprier ou d’offenser la culture ou le peuple maoris » et qu’il présentait des « excuses à tous ceux qui ont pu se sentir offensés ». « Nous reconnaissons que nous n’avons pas envisagé que Huruhuru pouvait être compris comme une référence à des poils pubiens dans la langue commune et que la consultation d’un représentant maori aurait été une meilleure référence que celle de dictionnaires en ligne », a-t-il ajouté. M. Patriquin a aussi indiqué avoir l’intention de rebaptiser sa bière. M. Nikora avait aussi pris à partie sur Facebook une maroquinerie ouverte récemment à Wellington, également baptisée Huruhuru.



Une brasserie de la province canadienne d’Alberta a présenté des excuses pour avoir baptisé une de ses bières d’un nom maori voulant dire « poils pubiens », et non « plume » comme elle le croyait, selon la chaîne CBC. La brasserie albertaine Hell’s Basement (le sous-sol de l’enfer) a mis en vente il y a deux ans une bière appelée Huruhuru – The Feather...

commentaires (0)

Commentaires (0)