Rechercher
Rechercher

Inde

Modi marque l’avancée du nationalisme hindou avec un temple controversé

Le Premier ministre indien Narendra Modi a lancé hier le chantier d’un temple hindou controversé, un geste politico-religieux significatif pour un site emblématique des tensions intercommunautaires et qui marque une nouvelle avancée du nationalisme hindou dans ce pays de 1,3 milliard d’habitants. La date choisie pour cet événement coïncide de manière sibylline avec celle du premier anniversaire de la révocation de force de l’autonomie du Cachemire indien, région à majorité musulmane disputée avec le Pakistan, une autre ancienne promesse des nationalistes hindous que Narendra Modi a amenés au pouvoir à New Delhi en 2014. Avec l’érection d’un temple dédié au dieu Ram dans la ville d’Ayodhya (Nord) et le changement de statut du Cachemire, le Premier ministre envoie deux signaux forts de la construction en cours d’une patrie hindoue en Inde, s’éloignant davantage de la nation laïque et multiconfessionnelle pensée à l’indépendance en 1947. L’explosif dossier du temple d’Ayodhya a été tranché en novembre dernier par la Cour suprême qui a octroyé ce site disputé à la majorité hindoue pour y construire un temple sur les ruines d’une mosquée détruite par des extrémistes, et ordonné qu’un nouveau terrain plus loin soit donné à la minorité musulmane.


Le Premier ministre indien Narendra Modi a lancé hier le chantier d’un temple hindou controversé, un geste politico-religieux significatif pour un site emblématique des tensions intercommunautaires et qui marque une nouvelle avancée du nationalisme hindou dans ce pays de 1,3 milliard d’habitants. La date choisie pour cet événement coïncide de manière sibylline avec celle du...

commentaires (0)

Commentaires (0)