Rechercher
Rechercher

Football / C1 et C3

Des Anglais plus ou moins lancés à l’assaut de l’Europe

Des Anglais plus ou moins lancés à l’assaut de l’Europe

Le 26 juillet, à Stamford Bridge, Wolverhampton affrontait Chelsea. Il représentera l’Angleterre en C3 et Chelsea sera en C1. Daniel Leal-Olivas/Pool/AFP

Un an après deux finales européennes 100 % anglaises, Chelsea, Manchester City, Manchester United et Wolverhampton représenteront l’Angleterre en août en Ligue des champions (C1) et en Ligue Europa (C3) de football. Mais le dénouement de la Premier League, dimanche dernier, a révélé des dynamiques diverses, loin de la mainmise de 2019.

Chelsea prêt, mais sans illusions

Grâce à Olivier Giroud, de retour en grâce (6 buts sur ses sept derniers matches), Chelsea a décroché dimanche la quatrième place finale du Championnat d’Angleterre, assurant son billet pour l’édition 2020-2021 de la Ligue des champions. Les regards sont maintenant tournés vers la finale de la Coupe d’Angleterre samedi, contre Arsenal, qui pourrait permettre à Frank Lampard de décrocher son premier trophée comme entraîneur. Le 8e de finale retour de C1 contre le Bayern Munich, le 8 août à l’Allianz Arena, suscite en revanche peu d’espoirs en raison de la lourde défaite concédée à l’aller (0-3) et de la dynamique impressionnante du Bayern Munich, sacré champion d’Allemagne en juin. Toutefois, l’hypothèse d’un décrochage physique des Bavarois, qui n’auront pas disputé une seule rencontre officielle pendant cinq semaines, sera entretenue jusqu’au bout par Lampard, alors que les Blues sont peut-être ceux qui ont montré les meilleures dispositions athlétiques en Premier League ces dernières semaines.

City, prétendant à bout de souffle ?

À l’inverse, le physique n’a pas été le point fort de Manchester City depuis la reprise. Celle-ci a pourtant été très positive, avec notamment une large victoire sur le champion Liverpool (4-0) et une moyenne de trois buts par match. Mais en dehors de Kevin De Bruyne, auteur de 20 passes décisives cette saison, du jamais-vu en Premier League depuis Thierry Henry en 2002-2003, les principales individualités n’ont pas été à leur meilleur niveau. L’équipe apparaît en fin de cycle, avec une colonne vertébrale à renouveler, et son grand rendez-vous approche début août : pour disputer le Final 8 de la Ligue des champions, programmé en août à Lisbonne, les Citizens doivent négocier leur 8e de finale retour contre le Real Madrid (victoire 2-1 à l’aller à Santiago-Bernabeu). La confrontation s’annonce plus compliquée qu’on pouvait s’y attendre en mars, avant l’interruption des compétitions pour cause de coronavirus : le Real Madrid est entre-temps devenu champion d’Espagne, avec la meilleure défense d’Europe. Le contexte du huis clos à Manchester pourrait également jouer en faveur des Madrilènes, qui ont remporté quatre des huit dernières C1, dont trois sous les ordres de Zinédine Zidane, alors que Pep Guardiola n’en a gagné aucune depuis 2011. Pour le reste, l’avenir de City semble un peu plus dégagé depuis que le club a obtenu gain de cause devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) sur la question du fair-play financier et pourra bel et bien participer à la C1 2020-2021.

Solskjaer dans les pas de Mourinho

Manchester United est, avec l’Inter Milan, le grand favori de la Ligue Europa, remportée en 2017 avec José Mourinho sur le banc. Les Mancuniens, qui viennent d’obtenir leur billet pour la prochaine édition de la Ligue des champions après une saison d’absence, ont fini la saison de Premier League sur une série de quatorze matches sans défaite. Ole Gunnar Solskjaer a peut-être trouvé sa formule gagnante, en 4-2-3-1, avec Bruno Fernandes à la baguette, épaulé par Paul Pogba. L’état de forme des Red Devils, qui ont surtout affronté des équipes de bas de tableau, est toutefois difficile à jauger : ils ont remporté moins de victoires (18) que la saison dernière (19), terminée à la sixième place et considérée comme ratée. Reste, pour Solskjaer, à tenter de faire aussi bien que Mourinho : gagner la Ligue Europa lors du Final 8 en Allemagne et s’installer comme l’homme du renouveau de ManU.

Wolverhampton sans pression

Le quatrième représentant anglais, Wolverhampton, qui a fini pour la deuxième saison consécutive en 7e position de Premier League, est en situation favorable en 8e de finale de Ligue Europa après son match nul (1-1) contre l’Olympiakos de Mathieu Valbuena. Pour cette première participation à une compétition européenne depuis 1981, le statut de l’équipe de Nuño Espirito Santo est néanmoins celui d’un outsider. Leur prochain adversaire éventuel en quarts de finale sera Séville ou l’AS Rome, deux prétendants au dernier carré. D’ici à la réception des Grecs le 6 août, l’autre enjeu est la finale de Coupe d’Angleterre, samedi : les Wolves soutiendront Chelsea, car si les Blues battent Arsenal,

Wolverhampton sera reconduit la saison prochaine en C3.

Source : AFP


Un an après deux finales européennes 100 % anglaises, Chelsea, Manchester City, Manchester United et Wolverhampton représenteront l’Angleterre en août en Ligue des champions (C1) et en Ligue Europa (C3) de football. Mais le dénouement de la Premier League, dimanche dernier, a révélé des dynamiques diverses, loin de la mainmise de 2019.

Chelsea prêt, mais sans...

commentaires (0)

Commentaires (0)