Rechercher
Rechercher

Liban

Rationnement du courant et politiques de la BDL : sit-in à Nabatiyé


Rationnement du courant et politiques de la BDL : sit-in à Nabatiyé

Sit-in devant le siège de la Banque du Liban à Nabatiyé, le 11 juillet 2020. Photo ANI

Deux sit-in ont été organisés samedi à Nabatiyé (Sud) contre le rationnement "extrême" du courant électrique et les politiques économiques et financières de la Banque du Liban (BDL), rapporte l'Agence nationale d'Information (Ani, officielle). 

Devant le siège local d'Electricité du Liban, les contestataires se sont entretenus avec son directeur et lui ont remis une lettre dans laquelle ils soulignent que l'accès à l'électricité est normalement un "droit acquis". Le responsable a affirmé, selon un porte-parole du mouvement de la contestation de Nabatiyé, que l'électricité reviendra rapidement à la normale. Selon le porte-parole "il n'y a pas d'autre moyen de résoudre la crise qu'en faisant pression sur les responsables dans la rue. 

Par ailleurs, devant la branche locale de la BDL, des protestataires du "Rassemblement des jeunes arabes" ont brûlé des photos du gouverneur Riad Salamé. "Non à la famine", ont-ils scandé, appelant les manifestants de tout le pays à "resserrer leurs rangs et à s'opposer à certaines cibles qui ont causé la faillite du pays". 

Le Liban vit la pire crise économique de son histoire, aggravée par la pandémie mondiale de Covid-19 et un contexte politique délicat exacerbé par les tensions entre le Hezbollah et les Etats-Unis. Ces derniers mois, des dizaines de milliers de Libanais ont été licenciés ou ont subi des coupes salariales. La monnaie nationale est en chute libre, de même que le pouvoir d'achat. Et les épargnants n'ont pas libre accès à leur argent, les banques ayant imposé des restrictions draconiennes sur les retraits et les transferts à l'étranger à cause de la pénurie du dollar. Les dirigeants libanais eux-mêmes sont accusés de profiter d'un système gangrené par le clientélisme et la corruption. Dans ce cadre de crise, des pénuries de mazout ont provoqué un rationnement sévère du courant dans tout le pays. 


Deux sit-in ont été organisés samedi à Nabatiyé (Sud) contre le rationnement "extrême" du courant électrique et les politiques économiques et financières de la Banque du Liban (BDL), rapporte l'Agence nationale d'Information (Ani, officielle). 

Devant le siège local d'Electricité du Liban, les contestataires se sont entretenus avec son directeur et lui ont remis une...