Liban

Dégradation de la situation économique : plusieurs routes coupées à travers le pays


Dégradation de la situation économique : plusieurs routes coupées à travers le pays

Route coupée rond-point Cola à Beyrouth, le 30 juin 2020. Photo Joao Sousa.

Plusieurs routes étaient coupées mardi soir à travers le Liban par des manifestants qui protestent contre la dégradation de la situation économique. 

A Beyrouth, plusieurs routes sont coupées : au niveau de la bifurcation Roma, quartier Hamra, à la Cité sportive, au niveau de la mosquée al-Amine, dans le centre-ville, à Kaskas, à Saïfi et à Barbir. Le tunnel Salim Salam a été brièvement fermé. 

Au sud, l'autoroute de Saïda vers Beyrouth, au niveau de la région de Saadiyate, est coupée dans ses deux directions. Des dizaines de protestataires se sont rassemblés sur la place Élia et ont bloqué la route sur ses deux voies. Selon notre correspondant sur place, Mountasser Abdallah, plusieurs ruelles de la ville ont aussi été rendues impraticables à l'aide de pneus enflammés. Les manifestant protestent notamment contre la dégradation de la situation économique et la chute vertigineuse de la livre libanaise et la hausse du prix du paquet de pain. 

Au nord, l'autoroute qui traverse Bab el-Tebbané est coupée. La route de Bohsas à l'entrée de la ville de Tripoli est bloquée. Enfin, plusieurs personnes protestent à Kadicha contre les coupures de courant dans la ville. 

Depuis plusieurs mois, le Liban est secoué par la plus grave crise économique de son histoire, marquée par une dépréciation inédite de sa monnaie nationale qui a plongé près de la moitié de la population dans la pauvreté. Mardi, la monnaie nationale s'échangeait à plus de 8.000 livres pour un dollar, contre 5.000 livres il y a dix jours. Le ministre de l’Économie Raoul Nehmé a annoncé mardi une nouvelle augmentation du prix du paquet de pain.

La crise actuelle a sonné le glas d'une classe moyenne déjà échaudée par des années de ralentissement économique. La crise économique a été un des catalyseurs en octobre d'un soulèvement inédit contre l'ensemble de la classe politique, accusée de corruption et d'incompétence.


Plusieurs routes étaient coupées mardi soir à travers le Liban par des manifestants qui protestent contre la dégradation de la situation économique. 

A Beyrouth, plusieurs routes sont coupées : au niveau de la bifurcation Roma, quartier Hamra, à la Cité sportive, au niveau de la mosquée al-Amine, dans le centre-ville, à Kaskas, à Saïfi et à Barbir. Le tunnel Salim...