Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Ghajar lance un appel d'offres pour l'achat de 60 000 tonnes de mazout

Ghajar lance un appel d'offres pour l'achat de 60 000 tonnes de mazout

Le ministre libanais de l'Energie, Raymond Ghajar, lors d'une point presse à l'issue d'un entretien avec le président Michel Aoun au palais de Baabda, le 11 juin 2020. Photo Dalati et Nohra

Le ministre libanais de l'Energie, Raymond Ghajar, a annoncé mardi le lancement d'un appel d'offres pour l'achat de 60 000 tonnes de mazout, afin d'approvisionner les installations pétrolières de Tripoli (Nord) et Zahrani (Sud), qui doivent désormais couvrir 40% des besoins du marché local. 

Lors d'une conférence de presse, M. Ghajar a détaillé cet appel d'offres, pour un achat basé sur le principe du "spot cargo" (achat direct), et qui fait suite à deux appels précédents n'ayant attiré qu'une seule offre. "Il y a aujourd'hui une pénurie de mazout, surtout dans les installations pétrolières qui doivent désormais couvrir 40% des besoins du marché local", a souligné le ministre. Il a précisé que l'achat via le mécanisme de spot cargo permet d'assurer un approvisionnement rapide en produits dérivés du pétrole. "Ce mécanisme permet la livraison au Liban des chargements de diesel déjà prêts dans un délai cour. Etant donné que les quantités concernées sont moins importantes que dans le cadre d'appels d'offres standard, cela permet l'ouverture de lignes de crédit moins élevées", a-t-il indiqué. Le ministre de l'Energie a encore annoncé avoir élargi le champ des entreprises pétrolières pouvant répondre à cet appel d'offres afin de permettre une meilleure compétitivité des prix. "Nous répondons aux besoins du marché local en fonction de la demande", a-t-il poursuivi. 

Le ministre Ghajar a par ailleurs indiqué qu'un navire contenant 35 millions de litres de diesel oil était arrivé lundi au Liban et qu'il avait déjà déversé la moitié de son chargement à Zahrani, l'autre moitié devant être livrée dans les installations de Tripoli. "Un autre navire arrivera la semaine prochaine, avec les mêmes quantités de diesel", a-t-il ajouté. "Les sociétés nous ont promis de répondre aux besoins du marché et nous espérons en effet que ces stocks seront bien distribués et non stockés", a-t-il souligné. 

Le Liban, qui traverse une crise économique inédite marquée par une inflation galopante, peine à se fournir sur les marchés internationaux, du fait de la pénurie de dollars, ce qui fait craindre une pénurie des denrées de base. A quoi s'ajoute le problème de la contrebande du mazout, subventionné par l'Etat libanais, vers la Syrie, où il se monnaye à un meilleur prix. Par ailleurs, les propriétaires de stations-service et de générateurs privés accusent régulièrement les sociétés importatrices de carburant de rationner la distribution de leurs produits, en attendant que leur prix augmente. Plus tôt dans la journée, le ministre de l'Energie et son collègue à l'Economie ont annoncé un mécanisme supposé permettre un meilleur contrôle de la distribution du carburant, pour éviter les monopoles, le rationnement et la contrebande.


Le ministre libanais de l'Energie, Raymond Ghajar, a annoncé mardi le lancement d'un appel d'offres pour l'achat de 60 000 tonnes de mazout, afin d'approvisionner les installations pétrolières de Tripoli (Nord) et Zahrani (Sud), qui doivent désormais couvrir 40% des besoins du marché local. Lors d'une conférence de presse, M. Ghajar a détaillé cet appel d'offres, pour un achat basé...