Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Najm menace de démissionner si le Parlement n'adopte par la loi sur l'indépendance de la justice


Najm menace de démissionner si le Parlement n'adopte par la loi sur l'indépendance de la justice

La ministre libanaise de la Justice, Marie-Claude Najm. Photo Dalati et Nohra

La ministre libanaise de la Justice, Marie-Claude Najm, a affirmé être prête à démissionner si le Parlement refuse d'adopter la loi sur l'indépendance de la justice, affirmant avoir été tentée, à deux reprises ces dernières semaines, de claquer la porte du gouvernement. 

Dans un entretien au quotidien libanais al-Joumhouria, publié mardi, la ministre affirme avoir voulu démissionner une première fois lorsque le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) a refusé de prendre en compte ses remarques concernant les permutations judiciaires. Ces commentaires auraient permis de moderniser et de diversifier les nominations et permutations, selon elle.  Après avoir suivi un parcours cahoteux pendant plusieurs mois, ces nominations avaient été finalement signées début juin par la ministre de la Justice et le Premier ministre, Hassane Diab. Le président Michel Aoun a toutefois refusé de les contresigner, en motivant sa décision par des arguments notamment d'ordre constitutionnel. 

Mme Najm a encore souligné avoir pensé à démissionner une seconde fois lors de l'approbation par le cabinet de Hassane Diab des nominations administratives et financières. "Je me suis opposée en Conseil des ministres au mécanisme de nominations pris en compte, qui avait pour but de partager le gâteau" entre les différentes formations politiques et communautés, a-t-elle confié à al-Joumhouria. Elle a toutefois "décider de poursuivre sa lutte" parce que "le chemin vers le sauvetage du pays est long et il ne faut pas céder".  Ces nominations avaient dans un premier temps été critiquées et rejetées par le chef de l'exécutif avant d'être approuvées après plusieurs semaines d'atermoiements sur fond de luttes partisanes autour de l'attribution de plusieurs postes-clés au sein de l'Etat, dans les administrations notamment financières.

La ministre de la Justice menace toutefois de présenter sa démission si l'adoption par le législatif de la loi sur l'indépendance des autorités judiciaires est "sabotée". Selon elle, le projet actuellement discuté par la commission parlementaire de l'Administration et de la Justice est "complet" et les discussions en commission sont "efficaces et sérieuses". Marie-Claude Najm est néanmoins convaincue que "certaines parties ne veulent pas que cette loi soit adoptée".  L'indépendance de la justice est l'une des principales revendications du mouvement de contestation lancé le 17 octobre, alors que les Libanais réclament que tous les responsables politiques et financiers du pays soient traduits en justice pour corruption. 


La ministre libanaise de la Justice, Marie-Claude Najm, a affirmé être prête à démissionner si le Parlement refuse d'adopter la loi sur l'indépendance de la justice, affirmant avoir été tentée, à deux reprises ces dernières semaines, de claquer la porte du gouvernement. Dans un entretien au quotidien libanais al-Joumhouria, publié mardi, la ministre affirme avoir voulu...