Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Reportage

Le ramadan "particulier" des musulmans de France

"Le ramadan, c'est la solidarité. La distribution des repas est pour tout le monde sans distinction, celui qui a faim, il vient manger", explique un bénévole dans une association.

Une bénévole de l'association "La Table Ouverte" prépare des sacs de repas pour le ramadan, le 24 avril 2020 dans le 18e arrondissement de Paris. Photo AFP / Thomas SAMSON

Soupe chaude offerte dans une friche, prière solitaire ou tablée en visioconférence: les musulmans de France expérimentent un ramadan "particulier" au premier jour du mois de jeûne consacré à "la solidarité et l'introspection".

Après une heure dans la file d'attente sur un terrain désaffecté du nord de Paris, Ali récupère une petite gamelle de chorba chaude, une brique de lait, une clémentine et un morceau de pain. "Je vais partager mon ftour (repas) avec ma famille", explique le père de famille qui travaille de petits boulots. Comme lui, près de trois cents personnes sont venues récupérer un sac de provisions et une soupe chaude offert par l'association "la Table ouverte" en partenariat avec la Mosquée de Paris.

Polo Panda a traversé tout Paris pour "manger le repas chaud" du ramadan. "Cela fait des jours que je ne mange pas", confie le grand-père.

"Quand on prépare les sacs, on a toujours l'impression qu'il va y en avoir trop et finalement il n'y a jamais assez", se désole Khadidja Bouadjadj, jeune bénévole dans l'association. "Le ramadan, c'est la solidarité. La distribution des repas est pour tout le monde sans distinction, celui qui a faim, il vient manger", explique Chérif Boumala, bénévole qui a "bataillé auprès du commissariat et de la mairie de Paris pour obtenir l'autorisation d'installer le stand solidaire. "Ils nous ont donné l'accord à une condition, que tout soit respecté, surtout l'alignement des gens, le port de masques, de gants pour les distributeurs", détaille le fidèle.


"Ramadan en visioconférence"

Pour les musulmans, le ramadan est un mois "saint". Il est l'un des piliers de l'islam. Pendant cette période, les croyants sont invités à s'abstenir de boire, de manger et d'avoir des relations sexuelles, de l'aube jusqu'au coucher du soleil.

Pour Rachid Ara, cette année, "le ramadan est particulier parce que les familles ne se voient pas, c'est un peu la fête le ramadan, on se retrouve le soir, et là les gens sont tous isolés, un peu écartés, vous ne pouvez pas recevoir vos parents", regrette le restaurateur. En revanche, le ramadan sous confinement est "une bénédiction" pour Afeida. "Le confinement nous pousse à une réflexion sur notre vie, nos aspirations", explique la jeune femme qui effectue son jeûne seule chez elle à Suresnes (ouest de Paris). "Le ramadan a commencé dans l'islam avec le confinement car c'est avant tout un moment d'introspection, de recueillement et de solidarité. C'est un retour à l'essentiel. Le fait de ne pas manger ni boire est loin d'être le coeur du ramadan mais un simple moyen de se dépouiller, de se purifier". Elle déplore que chaque année la communication du ramadan soit centrée sur "la ruée dans les supermarchés, la surconsommation de gras ou de sucre".

A Saint-Gratien (nord de Paris), Donia sera privée de ses parents qui vivent pourtant à quelques minutes. "Ils ne comprennent pas trop mais je préfère ne pas prendre de risque", explique cette mère de trois enfants. Elle vit son mois de jeûne comme "un partage" mais aussi comme "une remise en question" de son quotidien, "un retour aux choses simples, une continuité au confinement". Dès que le soleil s'est couché et après avoir effectué sa prière, elle s'est empressée d'appeler ses parents en visioconférence. Tout sourire, ses parents commentent la première journée de jeûne, comparent les tablées de victuailles et s'empressent de demander à leur fille: "quand est-ce que nous allons nous retrouver?"


Lire aussi

Un ramadan confiné ou... parfois comme si de rien n’était


Soupe chaude offerte dans une friche, prière solitaire ou tablée en visioconférence: les musulmans de France expérimentent un ramadan "particulier" au premier jour du mois de jeûne consacré à "la solidarité et l'introspection".Après une heure dans la file d'attente sur un terrain désaffecté du nord de Paris, Ali récupère une petite gamelle de chorba chaude, une brique de lait, une...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut