X

Dernières Infos

La juge Aoun engage des poursuites contre Nagib Mikati, son fils, son frère et la Banque Audi

Liban
OLJ
23/10/2019

La procureure près la cour d'appel du Mont-Liban, la juge Ghada Aoun, a engagé mercredi des poursuites contre l'ancien Premier ministre et député Nagib Mikati, son fils Maher, son frère Taha, ainsi que la Banque Audi, pour enrichissement illicite par le biais de prêts au logement subventionnés, rapporte l'Agence nationale d'information (Ani, officielle).

La juge Aoun les a déférés devant le premier juge d'instruction.

En 2018, le journaliste Salem Zahrane avait rapporté que des responsables politiques et des personnes fortunées avaient bénéficié par le passé de prêts au logement subventionnés par la Banque du Liban (BDL). Documents à l’appui, le journaliste avait précisé que plusieurs sociétés dirigées par des membres de la famille de l’ancien Premier ministre et actuel député Nagib Mikati ont bénéficié entre 2010 et 2013 de neuf prêts immobiliers subventionnés pour une valeur totale de 14 millions de dollars. Or, avec des fortunes personnelles d’environ 2,8 milliards de dollars, les frères Nagib et Taha Mikati sont des habitués du top 1 000 des plus grosses fortunes du monde publié chaque année par Forbes. Le groupe Mikati avait estimé en ce temps être la cible d’une "campagne de dénigrement".

La raison des poursuites engagées par ailleurs contre la Banque Audi n'a pas été précisée, mais les prêts subventionnés par la BDL étant accordés via des banques commerciales, l'établissement pourrait être concerné par cette affaire.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants