Moyen Orient et Monde

Première réunion du Parlement irakien après une semaine meurtrière

Les rues de Bagdad étaient calmes hier et le trafic a retrouvé son cours habituel. Wissam al-Okili/Reuters

Le Parlement irakien a tenu sa première session hier depuis le déclenchement il y a une semaine de manifestations et violences qui ont fait plus de 100 morts et entraîné une crise politique à laquelle le président a réagi en appelant au dialogue. Plus de 200 députés ont participé à une session extraordinaire à l’appel du président de l’Assemblée, Mohammad al-Halboussi, recevant plusieurs ministres pour débattre du mouvement de contestation, déclenché le 1er octobre à Bagdad avant de s’étendre dans le sud à majorité chiite. Une première tentative de réunir le Parlement avait échoué samedi, faute de quorum.

Au cours d’une journée marathon hier, le Premier ministre Adel Abdel Mahdi a multiplié les rencontres avec M. Halboussi, ses ministres, les chefs tribaux et les autorités judiciaires.

Le président Barham Saleh a appelé lundi soir les « fils d’une même nation » à mettre fin à « la dissension », la voix étranglée par moments, alors que le matin même l’armée avait reconnu avoir fait un « usage excessif » de la force dans le remuant quartier de Sadr City à Bagdad. M. Saleh a proposé une sortie de crise avec un dialogue « franc », un remaniement ministériel et de nouvelles instances de supervision pour tenter de juguler la corruption, qui a englouti plus de deux fois le PIB irakien ces 16 dernières années.

Après une première nuit calme à Bagdad, les restrictions sécuritaires ont été levées hier autour de la Zone verte, siège des hautes institutions du pays et de l’ambassade américaine. Le trafic a retrouvé son cours habituel dans la matinée, et la coupure du réseau internet – notable à Bagdad et dans le sud – a commencé à s’atténuer.


Le Parlement irakien a tenu sa première session hier depuis le déclenchement il y a une semaine de manifestations et violences qui ont fait plus de 100 morts et entraîné une crise politique à laquelle le président a réagi en appelant au dialogue. Plus de 200 députés ont participé à une session extraordinaire à l’appel du président de l’Assemblée, Mohammad al-Halboussi,...

commentaires (0)

Commentaires (0)