X

Dernières Infos

Pour l'Iran, Washington est responsable de l'échec du dialogue

AFP
30/09/2019

Téhéran a rendu responsable dimanche Washington de l'échec d'un dialogue entre l'Iran et les Etats-Unis en marge de l'Assemblée générale des Nations unies à New York.

"La responsabilité de l'absence de dialogue à New York incombe directement au gouvernement américain", a déclaré à la presse le porte-parole du gouvernement iranien, Ali Rabii. "Le président [iranien Hassan Rohani] était prêt à parler à toute les parties [du groupe] 5+1 [qui inclut les Etats-Unis, NDLR] en cas d'annulation des sanctions, mais le [président américain Donald] Trump n'était pas prêt à dissiper l'ombre des sanctions sur notre nation", a-t-il ajouté.

Téhéran et Washington sont à couteaux tirés depuis que les Etats-Unis se sont retirés unilatéralement en mai 2018 de l'accord international sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015, rétablissant du même coup des sanctions économiques contre l'Iran. Les deux pays ont frôlé un conflit armé direct en juin sur fond d'escalade militaire dans le Golfe et de multiplication.

La tension est encore montée après des attaques du 14 septembre ayant endommagées des infrastructures pétrolières saoudiennes et dont Washington, Ryad, Londres, Berlin et Paris tiennent Téhéran pour responsable.

L'Iran rejette ces accusations.

Pour tenter de faire baisser la tension, la France a cherché à organiser une rencontre entre MM. Trump et Rohani en marge de l'assemblée générale annuelle des Nations unies qui s'achève mardi. Mais les deux hommes ont quitté New York sans s'être rencontrés.

Début septembre, M. Rohani avait déclaré que l'Iran excluait par principe l'idée de "négociations bilatérales avec les Etats-Unis". Il avait néanmoins ouvert la porte à des discussions avec Washington, "comme par le passé" sur les questions nucléaires, dans le cadre du format "5+1", si les Etats-Unis lèvent leurs sanctions.

Le format 5+1 correspond aux cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU (Chine, Grande-Bretagne, Etats-Unis, France et Russie) plus l'Allemagne, soit les six pays qui avaient négocié l'accord de Vienne.

En dépit de la réticence répétée des Iraniens, Paris semble avoir tenté jusqu'au bout de rendre possible une poignée de main entre MM. Trump et Rohani. "L'Iran voulait que je lève les sanctions imposées contre eux en vue d'une rencontre. J'ai bien sûr dit, NON!", a écrit M. Trump vendredi sur Twitter.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le sort des consultations parlementaires tributaire de Hariri... et de la rue

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants