X

Dernières Infos

Mandat d'arrêt à l'encontre de Ayache : le bloc du Futur appelle les autorités à appliquer les decisions du TSL

Liban


OLJ
17/09/2019

Le bloc du Futur a salué mardi la décision prise la veille par le Tribunal spécial pour le Liban (TSL) d'émettre un mandat d'arrêt contre Salim Ayache, membre présumé du Hezbollah, notamment accusé d’avoir été à la tête de l’équipe qui a perpétré l'attentat au camion piégé qui a coûté la vie à l'ancien Premier ministre Rafic Hariri, le 14 février 2005. Dans un communiqué, le bloc a appelé les autorités libanaises compétentes à mettre en œuvre cette décision.

"La décision du Tribunal spécial pour le Liban est un pas important dans le processus de justice.  Le bloc appelle les autorités libanaises à arrêter et livrer les accusés et à assumer leurs responsabilités légales", peut-on lire dans le communiqué publié à l'issue de la réunion hebdomadaire du bloc. 

Salim Ayache est accusé d'être responsable de l'assassinat de l'ex-chef du Parti communiste libanais, Georges Haoui, le 21 juin 2005, dans un attentat à la voiture piégée près de son domicile dans le quartier résidentiel de Wata Moussaïtbeh, et des attentats contre Marwan Hamadé, le 1er octobre 2004 à Beyrouth, et l'ancien ministre Elias Murr dans la région d'Antelias, le 12 juillet 2005.

Le bloc du Futur a par ailleurs salué "la mise en marche du travail gouvernemental au niveau des nominations administratives et judiciaires et du budget 2020". Il a dans ce cadre rappelé que le Premier ministre libanais, également chef du Courant du Futur, Saad Hariri, doit être reçu en fin de semaine par le président français Emmanuel Macron ainsi que par des représentants de sociétés françaises concernées par l'investissement au Liban.  

Le groupe parlementaire s'est aussi dit solidaire de "la cause des prisonniers libérés de la prison de Khiam" et a appelé la justice libanaise à rapidement "punir des criminels qui ont trahi leur pays et leur peuple".  Plus tôt dans la journée, le Tribunal militaire avait émis un mandat d'arrêt à l'encontre de l'ancien cadre de la milice pro-israélienne de l’Armée du Liban-Sud, Amer Élias Fakhoury, revenu au Liban il y a plusieurs jours et en détention depuis son arrivée à Beyrouth. Amer Fakhoury, 56 ans, avait fait l’objet en 1996 d’un jugement par contumace le condamnant à 15 ans de prison pour collaboration avec Israël. Il a fait par ailleurs l'objet d'une plainte déposée par dix anciens détenus sous l'occupation israélienne, dont Souha Béchara, ancienne détenue communiste emprisonnée à Khiam pour avoir tenté de tuer le chef de l’Armée du Liban-Sud, Antoine Lahd. 

Le bloc du Futur a aussi fait part de "son inquiétude face aux développements négatifs dans la région" et réaffirmé que le "le Liban doit se distancier des conflits extérieurs". Il a condamné sur ce plan "l'attaque terroriste" perpétrée samedi contre des installations pétrolières en Arabie saoudite ainsi que la promesse du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu d'annexer des pans de la Cisjordanie affirmant qu'il s'agit "d'une nouvelle agression contre le droit des Palestiniens et une menace directe à l'identité et la sécurité arabes". 

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

À Baabda, un Conseil des ministres sous pressions internes et externes

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants