Rechercher
Rechercher

Sport

Éducation : Chehayeb répond vertement à Damas

Le ministre de l’Éducation, Akram Chehayeb (Parti socialiste progressiste), a répondu hier à l’adjoint de son homologue syrien qui s’était dit « inquiet » de la prise en charge éducative des enfants réfugiés syriens au Liban et en Turquie.

« Quelqu’un a-t-il évoqué le fait que le gouvernement libanais reçoit beaucoup d’aides pour éduquer les enfants syriens et qu’en contrepartie le taux de scolarisation de ces enfants est très bas? » s’est demandé le responsable syrien, Farah al-Moutallek, dans une déclaration à l’agence d’information russe Sputnik, datant de jeudi dernier, en se disant toutefois « rassuré » sur l’avenir éducatif des enfants syriens en Jordanie et en Égypte.

Dans un communiqué publié par son bureau de presse, Akram Chehayeb s’est demandé si « le porte-parole du régime (syrien) se rend compte que les mêmes élèves dont il déplore le sort sont le fruit du déplacement que le régime a forcé à son peuple vers le Liban et les pays voisins ». Le ministre libanais a tenu en outre à assurer que « le Liban honore sa mission pédagogique et offre l’enseignement à toutes les victimes du régime syrien parmi les enfants syriens, comme le soulignent les témoignages des donateurs qui suivent de près le dossier ». Et d’ajouter que « le ministère de l’Éducation au Liban a accueilli et continue d’accueillir dans ses écoles des milliers d’élèves réfugiés dont le nombre équivaut désormais presque à celui des élèves libanais dans les écoles officielles, et qui bénéficient d’une éducation offerte par des enseignants libanais ayant toutes les compétences requises à cette fin ».

De source proche du ministère libanais de l’Éducation, la remarque du responsable syrien s’inscrit dans la logique des pressions politiques exercées par le régime de Damas sur le chef du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt, son plus virulent opposant politique au Liban. La campagne menée par le député Talal Arslane, rival de M. Joumblatt et proche de Damas, contre le PSP n’épargne pas M. Chehayeb.

Au lendemain des accrochages interdruzes de Qabr Chmoun, Talal Arslane a traité ce dernier, sans le nommer, de « suceur de sang », laissant entendre qu’il avait attisé la colère des partisans du PSP contre le ministre Saleh Gharib, issu du PDL, avec lequel il y a eu des échanges de tirs.

Cette campagne s’accompagne d’un retour de plus en plus marqué du régime syrien sur la scène politique officielle libanaise. « La santé du Liban importe à la Syrie, et la santé de la Syrie est une santé pour le Liban », a ainsi déclaré hier l’ambassadeur syrien Ali Abdel Karim Ali, reçu au siège du Parti syrien national social (PSNS) en présence du député Assaad Hardane et du président du parti Farès Saad.


Le ministre de l’Éducation, Akram Chehayeb (Parti socialiste progressiste), a répondu hier à l’adjoint de son homologue syrien qui s’était dit « inquiet » de la prise en charge éducative des enfants réfugiés syriens au Liban et en Turquie. « Quelqu’un a-t-il évoqué le fait que le gouvernement libanais reçoit beaucoup d’aides pour éduquer les enfants syriens...

commentaires (1)

C'EST EXACTEMENT DE CETTE MANIERE QUE TOUT LES REGIMES SYRIENS QUI SE SONT SUCCEDER EN SYRIE DEPUIS HUSNI EL ZAIM.... CE FAMEUX PROVERBE EST BIEN SYRIEN ::: """IL ME FRAPPE ET PLEURE ET VA M ACCUSER""" """DARABNI OU BAQUA OUA DARABNI WA SHTAKA"""

michel raphael

01 h 29, le 25 juillet 2019

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • C'EST EXACTEMENT DE CETTE MANIERE QUE TOUT LES REGIMES SYRIENS QUI SE SONT SUCCEDER EN SYRIE DEPUIS HUSNI EL ZAIM.... CE FAMEUX PROVERBE EST BIEN SYRIEN ::: """IL ME FRAPPE ET PLEURE ET VA M ACCUSER""" """DARABNI OU BAQUA OUA DARABNI WA SHTAKA"""

    michel raphael

    01 h 29, le 25 juillet 2019

Retour en haut