Turquie

Colère après l’interruption d’une interview télévisée du maire déchu d’Istanbul

Une chaîne turque a essuyé un déluge de critiques hier pour avoir écourté la veille une interview du candidat de l’opposition à la mairie d’Istanbul lorsqu’il a évoqué les dépenses « extravagantes » sous le maire sortant, issu du parti au pouvoir. Un présentateur-vedette de la chaîne privée CNN-Türk, Ahmet Hakan, a mis fin lundi soir une demi-heure plus tôt que prévu à son entretien avec Ekrem Imamoglu, dont l’élection le 31 mars à la mairie d’Istanbul a été annulée par les autorités. Un nouveau scrutin est prévu le 23 juin. La chaîne a affirmé que M. Imamoglu a bénéficié d’une heure et 25 minutes de temps d’antenne, soit sept minutes de plus que le candidat du parti au pouvoir, Binali Yildirim, lors de son passage dans la même émission le 13 mai. L’interruption du programme a eu lieu au moment où M. Imamoglu évoquait les dépenses « extravagantes » de son prédécesseur, qu’il dit avoir mises au jour lors des 18 jours pendant lesquels il a siégé à la mairie avant l’invalidation de son mandat. M. Imamoglu a brandi pendant l’interview une pancarte montrant ce qu’il a présenté comme du « gâchis », par exemple le nombre très élevé de voitures de fonction. Il promettait de transformer ces dépenses en « économies » pour servir la mégapole. Le présentateur l’a rapidement interrompu, prétextant d’abord d’une page de publicité, avant de mettre finalement fin à l’émission lorsque le candidat a insisté pour parler des finances de la mairie.



Une chaîne turque a essuyé un déluge de critiques hier pour avoir écourté la veille une interview du candidat de l’opposition à la mairie d’Istanbul lorsqu’il a évoqué les dépenses « extravagantes » sous le maire sortant, issu du parti au pouvoir. Un présentateur-vedette de la chaîne privée CNN-Türk, Ahmet Hakan, a mis fin lundi soir une demi-heure plus tôt que...

commentaires (0)

Commentaires (0)