X

Diaspora

La disparition de Marielle Karam affecte Libanais et Argentins

OLJ
25/03/2019

Le drame qui s’est déroulé le jour du mardi gras, le 5 mars au matin, entraînant la mort dans un accident de voiture de Marielle Karam, âgée de 27 ans, et de son amie argentine Mélissa, qui rentraient avec trois autres jeunes d’une réunion de la Jucal (Jeunesse de l’Union culturelle argentine-libanaise) dans la ville de Misiones, a provoqué une onde de choc qui a profondément marqué au Liban. Et pour cause : comme ancienne présidente de la section de Mendoza (ULCM), Marielle Karam avait été sélectionnée, avec 12 autres jeunes Libano-Argentins, pour participer au voyage RJLiban de juillet 2013. Elle avait souhaité, avec six de ses compagnons, passer une année entière dans le pays de ses ancêtres.

La seule consolation à ce jour est que Marielle, surnommée Pipita, avait ainsi réalisé son rêve d’enfance, contribuant avec une gaieté et un sérieux sans égaux, au sein de l’association RJLiban, à la création d’une cellule en contact permanent avec ses compatriotes argentins désireux d’en savoir plus sur leurs origines, et parcourant ainsi les villages du Liban. Cette expérience unique avait donné lieu à la reprise des voyages de jeunes descendants d’émigrés vers le Liban, organisés par diverses organisations concernées par la question de l’émigration.

Cette page est réalisée en collaboration avec l’Association RJLiban.

E-mail : monde@rjliban.com – www.rjliban.com

À la une

Retour au dossier "Diaspora"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

À Baabda, un Conseil des ministres sous pressions internes et externes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants